Théâtre
Le théâtre de Belleville, lieu historique de la culture populaire, rouvre ses portes

Le théâtre de Belleville, lieu historique de la culture populaire, rouvre ses portes

19 septembre 2011 | PAR Amelie De Chaisemartin

Le théâtre de Belleville est un lieu historique du quartier. Créé en 1828 rue de Belleville, il changea d’adresse en 1932, pour s’installer rue du Faubourg du temple et ferma en 1962. Il vient de rouvrir ses portes.

Le théâtre de la  cour Lesage (rue de Belleville) fut construit par Edmond Deveste entre 1826 et 1828. De nombreux jeunes comédiens y firent leurs débuts, dans des vaudevilles et des drames, comme le comédien Firmin Gémier. Un incendie faillit le faire disparaître en 1867. Mais il fut reconstruit en moins d’un an, à l’identique. ce théâtre populaire donnait une chance aux comédiens dont les théâtres de premier plan ne voulaient pas, ou plus. Le comédien romantique Frédérick lemaître, qui interpréta le rôle de Ruy Blas dans le drame de Victor Hugo, vint y jouer lorsque, après quarante années de gloire sur toutes les grandes scènes, fatigué, malade et ruiné, il ne trouvait plus d’engagement.

La concurrence du cinéma rendit difficile la survie du théâtre. En 1932, face au déclin de sa salle bien défraîchie, le directeur de l’époque, Paul Caillet, fit le pari fou de démolir le vieux bâtiment de 1867 et de rouvrir le théâtre au rez-de-chaussée d’un immeuble Arts déco (celui que l’on voit de nos jours) élevé sur son emplacement, dans un complexe comprenant un restaurant, un dancing et même un garage.

La salle n’eut jamais plus le même succès qu’avant, et survécut en partageant ses soirées avec des projections de films. La salle se consacra uniquement au cinéma dans les années 40. Elle fut vendue à un commerce de distribution alimentaire en 1962.

La salle a été rachetée pour rouvrir l’ancien théâtre. L’espace a été entièrement rénové afin de proposer un lieu confortable et accueillant
pour le public comme pour les compagnies. Le plateau de 8 mètres d’ouverture sur 7 mètres cinquante de profondeur avec une hauteur sous grill de près de 5 mètres, permettra aux artistes de travailler dans de bonnes conditions. Le directeur, Laurent Stroussi, souhaite privilégier la création contemporaine.

La saison débutera le 15 octobre, avec un premier spectacle intitulé « En ce temps là, l’amour… », de Gilles ségal.

En ce temps là l’amour était de chasser ses enfants… Ainsi commence le récit que Z entreprend devant un petit magnétophone. Après avoir longuement hésité, encouragé sans doute par quelques photos de son arrière petit-fils qui viennent tout droit d’arriver d’Amérique, il se décide (enfin !) à raconter, par bande magnétique interposée, un souvenir gravé à jamais dans sa mémoire : l’étrange rencontre avec un père et son jeune garçon dans un wagon, qui les emmenait vers les sinistres camps allemands. Et surtout l’extraordinaire volonté chez cet homme de profiter de chaque instant pour transmettre à son fils l’essentiel de ce qui aurait pu faire de lui un homme.

Le spectacle se prolongera jusqu’au dimanche 27 novembre et sera suivi d’une adaptation de l’Ecume des jours de Boris Vian.

 

 

Famille modèle : la Californie déjantée de Eric Puchner
Gagnez 3×2 places pour C’est mon jour d’indépendance au Théâtre de l’Aire Falguière le 29 septembre
Amelie De Chaisemartin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *