Théâtre

Le Marivaux version Mambo de Jean-Luc Revol

Le Marivaux version Mambo de Jean-Luc Revol

07 avril 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le génial metteur en scène du Cabaret des Hommes Perdus et de La Nuit d’Eliot Fall s’attaque à la dernière pièce de  Marivaux, « Le préjugé vaincu », représentée pour la première fois par les Comédiens  Français, le 6 août 1746, ce texte qui connaît un fort succès à sa création, n’est plus joué depuis 1869.

L’histoire est d’un ennui sans fin, faisons vite, « Dorante aime Angélique mais il n’ose se déclarer car elle est aristocrate et lui, quoique riche, n’est qu’un simple roturier. Angélique refuse cette mésalliance, pense d’abord épouser un marquis… et finit par être séduite par Dorante. Le Préjugé vaincu  (déf. Larousse : « Préjugé : Opinion adoptée sans examen par généralisation hâtive d’une expérience personnelle  ou imposée par le milieu social… ») ».

Revol aime s’amuser des codes et jouer avec le monde de la comédie musicale. Il s’y essaie ici, se confrontant à la  difficulté à monter un texte XVIIIe en cherchant à garder la langue intacte. Dans un décor 100% kitsh, faux ciel, cadre de porte et salon en rondin, les comédiens excellent sur les pas de danse qui rythment la pièce.  On sourit à l’entrée en scène de la Marquise , habillée en Castafiore des années 50, pendant qu’en fond de scène, un tourne-disque permet de « passer » les vinyles. Tout est raccord pour un spectacle pile dans la tendance « Mad Men ».

Mais ni les beaux costumes taillés à l’image des personnages, ni l’energie formidable des comédiens ne peut réparer l’aspect ultra classique du propos. Si « Le préjugé vaincu » permet d’entendre une langue rarement présentée sur les plateaux, il n’attaque qu’en surface les stéréotypes concernant les classes sociales.  Le texte de Marivaux est bien trop daté pour trouver une quelconque contemporanéité dans nos sociétés. Les pas de mambo n’y font rien, l’ennui prend le dessus.

 

Philibert: comédie improbable, chronique d’un échec annoncé…
Le Furia Sound Festival revient les 11 et 12 juin prochain…
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *