Théâtre
L’analphabète de Agota Kristof dans une mise en scène bilingue

L’analphabète de Agota Kristof dans une mise en scène bilingue

09 février 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Présenté sous forme de premier aperçu d’un travail en cours aux Langagières du Théâtre National Populaire de Villeurbanne en 2019,  L’analphabète s’offre une maturation qui porte une magnifique pièce sur le bilinguisme et sur l’amour. 

Une pièce mature et précieuse.

Le festival des langagières est un formidable écrin de l’expression dramatique et l’occasion de belles surprises. En 2019, la troupe Les Trois-Huit y questionnait pourquoi la Langue des Signes Française (LSF), et avec elle la culture sourde, est si peu représentée dans le monde des arts. Retour de ce travail présenté aux Langagières, nous étions quelques chanceux, malentendants, sourds ou pas à assister dans la salle du International Visual Theatre à la pièce L’analphabète, adaptation théâtrale du texte de Agota Kristof  (Autrice Hongro-suisse connue en principal pour son roman autobiographique Le Grand Cahier).

Nous sommes tous analphabètes.

Agota Kristof est une écrivaine suisse, poète, romancière et dramaturge née en Hongrie en 1935. Dans son récit autobiographique L’analphabète, elle nous raconte comment elle est devenue écrivain ; elle fouille le rapport entre langue maternelle et langues ennemies;  le combat entre le Russe et l’Allemand, langues des pays qui ont envahi son pays, la Hongrie et le Français sa langue d’adoption, celle dans laquelle elle a choisi d’écrire. Agota Kristof nous est précieuse à saisir la notion de langue de l’autre. Avec elle, nous nous découvrons tous l’analphabète d’un autre ; chacun de nous n’est alphabétisé qu’au sein de son lexique rassurant. Hors ce quant-à-soi, il existe le lieu d’un vertige. Pour Anne de Boissy, le conflit entre langue maternelle et langues ennemies de Agota Kristof fait écho à celui qui existe entre la LSF et le Français. Ce vertige là, elle le raconte sur scène, aux côtés d’Isabelle Voizeux, une actrice sourde. 

Le hiatus est le siège de l’amour.

D’abord le personnage de la traductrice interprète le texte signé par le deuxième personnage. L’une épie l’autre ; puis lentement les deux textes se mêlent ;  la confusion des langues s’estompe pour se dissoudre. La poésie de ce duetto appuyée par l’emphase d’une chorégraphie de la cinétique des mots fabrique un orphéon littéraire. Le jeu des deux comédiennes consiste en une danse secrète au service du texte de Agota Kristof. Magnétisés par le visage de celle qui signe, le spectateur bientôt ne sait plus qui traduit qui. Tandis que un enthousiasme est détenue par celle qui signe ; une solitude ennuyeuse et monotone saisit celle qui parle, alternativement avec ici puis là des fulgurances de grâce ou d’humour. Il y a du corps dans ces mots vocalisés ou insonores ; un corps-instrument de la langue mais sans musique car le spectateur apprendra le rapport singulier des sourds au silence. L’incarnation du texte est le premier cadeau de la pièce. La mise en scène brillante et l’immense talent des comédiennes créent une vibration commune où une langue résonne avec l’autre ; où les vibrations se complètent et les énergies s’empilent. Entre les deux comédiennes, entre les deux langues émergent rien moins que l’amour, qui viendra circuler entre les sièges de la salle, deuxième cadeau.

 

 

L’analphabète

Mise en scène, adaptation, interprétation Anne de Boissy
Traduction, adaptation, interprétation Isabelle Voizeux
Traduction, adaptation Géraldine Berger

Compagnie Les Trois Huit .fr

1H10

 

Crédit photos Joran Juvin

Super Bowl : une 55ème édition majestueuse
Umberto Eco retourne dans son pays natal
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture