Théâtre

LES LANGAGIERES au TNP Villeurbanne, un écrin pour de belles surprises.

LES LANGAGIERES au TNP Villeurbanne, un écrin pour de belles surprises.

22 mai 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Les Langagières, ce sont quinze jours pour vivre la langue dans son actuel. Du mardi 14 au samedi 25 mai, le TNP reçoit lectures, concerts, rencontres, spectacles, récitals, et cartes blanches…

 

Le cabotin Jean-Pierre Siméon (poète et dramaturge) et le  précieux metteur en scène, directeur du lieu Christian Schiaretti ont sélectionné cette année des textes variés et surprenants, défendus par des poètes, comédiens et musiciens dont Abd Al Malik, Jane Birkin, Bernard Campan & Damien Odoul, Fellag, Anouk Grinberg & Nicolas Repac, Thibault de Montalembert, Alain Garlan, Serge Rezvani lu par l’irremplaçable Alain Fromager, et bien d’autres.

Les langagières c’est l’histoire de la langue mais c’est aussi une géographie. Un lieu. Le Théâtre National Populaire de Villeurbanne armé d’un bataillon de coordinateurs, animateurs, guichetiers, ouvreuses se transforme en une immense usine à spectacles et à happening autour d’une exigence littéraire. Le lieu à l’architecture unique devient fourmilière de passionnés curieux de création et de poésie. Chaque lecture, chaque concert est une messe d’une religion commune. Une messe et une rencontre à l’instar de  celle avec le lumineux et généreux Patrick Lupin qui nous parle de  son Alphabet des oubliés, recueil des ateliers d’écriture d’enfants en situation d’exclusion. 

Dans la grande salle Roger Planchon la messe s’est transformée en une communion entre Anouk Grinberg et le public, une consécration collective de ce que les mots peuvent parfois dire de la folie. La voix douce grave et enfantine à la fois de la comédienne investit des textes d’auteurs enfermés dans des institutions et que l’on tenait pour simples ou  dérangés. Aucun d’eux, bien sûr, ne pensait faire de l’art. Ils étaient juste réfractaires aux codes sociaux, ou plus réceptifs que d’autres à certains canaux de l’esprit. De cet effet de bord est née un art d’écrire que Anouk Grinberg  accompagnée par le musicien Nicolas Repac a su saisir et nous restituer. Le moment restera inoubliable.

 

 

 

Les Langagières, les quinze jours

14 – 25 mai 2019
Quinzaine autour de la langue et de son usage

Théâtre National Populaire
8 Place Lazare-Goujon
69627 Villeurbanne cedex

 

Visuel : Autorisation du service de presse-Théâtre National Populaire-©DR

 

Núria Guiu Sagarra explore Facebook comme une ère de jeu chorégraphique à Chantiers d’Europe
Alerte à la suppression d’émissions phares chez France Musique
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *