Théâtre

Klaire fait grr, chattologue

Klaire fait grr, chattologue

14 mai 2018 | PAR Bertille Bourdon

Klaire fait grr revêt la blouse blanche et retrousse ses manches pour démonter un à un les clichés sur les règles. Dans la lignée des parutions récentes d’Elise Thiébaut ou Jack Parker, Louise Mey et Klaire fissurent le tabou millénaire des règles : une prise de parole salvatrice.

La « conférence en gestion de flux », avec Power Point à l’appui, est bien un seul-en-scène drôle, rythmé par Britney Spears, mais aussi instruit et militant dans son projet même : aujourd’hui encore, parler des règles en public est un acte subversif. Plus que cela, il est militant parce que son auteure réussit à relier ce sujet à une myriade de thèmes passionnants : les injonctions sociales que rencontrent les femmes, la domination masculine, le contrôle du corps féminin, les violences et harcèlements… La perception des règles est un merveilleux et surprenant prisme pour étudier notre société. Car, si les menstrues sont encore un moment difficile, c’est en grande partie parce que nos congénères estiment qu’elles devraient rester secrètes, alors qu’en fait, ça va mieux en le disant.

Sur scène donc, un docteur chattologue, mais pas que : Klaire fait grr (celle qui écrit et dit des trucs, comme elle se définit elle-même) devient une jeune fille en plein bouleversement hormonal en prise avec les joies des menstrues. Elle incarne aussi cette femme séductrice questionnant l’insupportable mythe de la féminité, qu’elle met à bas. (Merci, il n’y a pas de mystère féminin, simplement des hommes qui ne veulent pas entendre ce que les femmes ont à dire.)

Les hommes, d’ailleurs, à qui semble s’adresser ce spectacle de prime abord, tant il reprend tout à zéro – de la durée du cycle à des éclaircissements sur le syndrome pré-menstruel – sont en minorité dans la salle, mais présents. Toute personne n’ayant pas de règles et bien sûr chaudement invitée à voir ce spectacle, son entourage en sera ravi. Et pour les autres, ce n’est jamais de trop. Ce sujet est tellement méprisé que beaucoup souffrent encore (physiquement et moralement) des mensonges et ignorances sur le phénomène le plus naturel de leur physiologie.

Anecdotes, médecine, cas pratiques, Klaire livre un discours documenté grâce auquel on prend par exemple conscience que non, « Paris n’est pas la ville lumière de la chatte », si l’on en juge par le manque de gynécologues dans la capitale et sa banlieue. Des fameuses mayonnaises qui tournent à d’autres mythes farfelus, on mesure l’étendue des fantasmes suscités par ces saignements.

Chattologie est un texte de Louise Mey, mis en scène par Karim Tougui, interprété par Klaire fait grr. Vite, c’est à la Comédie des Trois Bornes et il ne reste que quelques représentations. Toutes les infos sont là.

Klaire fait grrr s’écoute sur Arte Radio.

Visuel : Comédie des Trois Bornes

 

Cannes 2018, Semaine de la Critique : « Chris the Swiss », le (très) sombre documentaire de Anja Kofmel sur la guerre civile en ex-Yougoslavie
Cannes, jour 7: Spike Lee déçoit, Les Chatouilles emporte et le Japon est tendre
Bertille Bourdon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *