Théâtre
Jacques le plusieurs au Splendid

Jacques le plusieurs au Splendid

17 février 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Dans un bistrot, quelques scènes de la vie courante ayant pour personnages le patron, la serveuse et quelques habitués. L’un d’entre eux vient tous les jours sous un costume différent: il est tour à tour plombier, pilote de ligne, architecte…Sa manie inquiète ceux qui le connaissent jusqu’à ce qu’ils découvrent son identité et décident de l’aider.

 

 

 

 

 

 

Le casting de cette pièce ne contribue pas peu à son prestige. On ne présente plus Tom Novembre qui est très présent au cinéma, au théâtre et la télévision depuis le début des années 1980 ayant entre autres joué chez Lelouch. Quand à Bruno Moynot, il est un grand acteur comique qui a été tout récemment dans Rien à déclarer de Dany Boon. Tous les acteurs sont excellents dans leurs rôles dans Jacques Le plusieurs mais nous attribuons le palmarès à Bruno Moynot et à  Françoise Lépine  dont la présence ne peut passer inaperçue: ils déploient une très belle énergie scénique et se renvoient remarquablement bien la balle.

 

Dans cette réjouissante pièce de boulevard, les scènes se succèdent à un rythme trépident et les personnages sont haut en couleurs. Autant dire tout de suite qu’on ne s’ennuie pas une seconde. Le décor est très réaliste, on se sent aussitôt dans l’ambiance café parisien typique. Les dialogues sont tout le sel de la représentation, le tenancier, son employée et les clients s’en disent des vertes et des pas mûres. Si on ignore au début de quoi va parler la pièce et que l’on a tendance à penser qu’il va simplement s’agir de reproduire au plus proche du réel les meilleurs moments de la vie d’un bistro, on est agréablement surpris lorsque qu’une intrigue d’une peu commune loufoquerie s’organise autour d’un des habitués du lieu surnommé « Jacques le plusieurs ». Afin de ne pas gâcher l’essentiel du suspense, nous ne rentrerons pas plus dans les détails mais sachez qu’on rie bien. La mise en scène est précise et efficace, les acteurs tournent habilement dans le bar avec pour chacun sa place dévolue, ils mettent le paquet sur leur personnage ou leurs personnages, ils s’amusent franchement et nous d’autant plus de ce fait. Un beau moment de comédie dans la grisaille de l’hiver, ce serait bien bête de s’en priver.

 

Fireworks! Festival : jusqu’au 25 février à Paris
Rebelle (War Witch) de Kim Nguyen : le portrait troublant d’une enfant-soldat en route pour l’Ours d’or
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture