Théâtre
Avignon OFF : Augustin Mal n’est pas un assassin, François Bureloup dans son art

Avignon OFF : Augustin Mal n’est pas un assassin, François Bureloup dans son art

06 juillet 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Au théâtre des Halles, François Bureloup ose le personnage de monstre dans un soliloque à la mesure de son talent. On reste perché à ses lèvres et aux mots de Julie Douard.

Augustin Mal est un homme qui se rêve ordinaire sans bien savoir de quoi il s’agit quand on est ordinaire. Reclus, abonné à  la solitude et à une déréliction radicale, il épie chez ses contemporains autant la norme que ses petites transgressions.  Il se pense fin observateur du monde qui l’entoure. Il n’est que soliloque mental. Dans une tentative de s’incarner, il comble sa personnalité quasi vide par un imaginaire qui lui sert de compagnon. Emprisonné dans un imaginaire, il se croit aimé et amoureux. La morale commune lui échappe. Et puis aussi, Augustin collectionne les slips. 

Avec un humour grinçant, Julie Douard déconcerte ; Augustin nous entraîne vers l’effroi, mais aussi vers la compassion. Il nous interpelle sur une société en pleine mutation qui génère à sa périphérie l’exclusion et ses monstres. L’autrice a réussi à créer un personnage hugolien, un monstre qui signe son époque, une époque où le Metoo et la lutte vive pour l’égalité des sexes libèrent, mais aussi percutent certains individus qui ne comprennent plus le monde.

À l’époque de la fluidité des genres, Augustin fait face aux vertiges du nouveau sens commun. Lui qui se veut un homme seulement homme cherche à rencontrer des femmes seulement femme. Par son imaginaire, il pense renverser la nouvelle équation. Par son délire seulement, il supporte le monde.

Julie Douard invente un personnage de monstre qui croit tout savoir et qui est attachant parce que justement il a appris à se mouvoir dans un monde qu’il ne comprend pas. Bureloup réussit le tour de force de nous faire comprendre l’intimité du personnage et de jouer l’absence d’équivoque d’un monstre alors même que nous sommes au théâtre.

Bravo!

 

 

Garorock, jour 4 : rétrospective
L’ensemble Le balcon ouvre le festival de Chambord avec brio
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture