Classique
L’ensemble Le balcon ouvre le festival de Chambord avec brio

L’ensemble Le balcon ouvre le festival de Chambord avec brio

06 juillet 2022 | PAR Hélène Biard

Fondé en 2011 par la pianiste Vanessa Wagner, le festival de Chambord a su, depuis cette date, s’imposer dans le paysage musical français grâce à la qualité des concerts proposés chaque année. Et l’édition 2022 du festival ne fait pas exception à cette règle d’or. Le concert d’ouverture a donné le ton de la manifestation.

Pour le concert d’ouverture de l’édition 2022 du festival de Chambord, c’est l’ensemble Le Balcon, fondé et créé par Maxime Pascal, qui a été invité par Vanessa Wagner. Cette dernière en a profité pour dire tout le bien qu’elle pensait de ces excellents musiciens dans son discours d’ouverture… et la suite va lui donner raison. Au programme de la soirée : Das lied von der erde de Gustav Mahler (1860-1911). Mais comme Le Balcon est un « petit » ensemble, c’est la très rare version pour orchestre de chambre (dont la réorchestration date de 1920) d’Arnold Schoenberg (1874-1951) que l’ensemble présente au public (dont nous regrettons d’ailleurs qu’il n’ait pas répondu plus présent). Pour cette version inédite – donnée dans une tournée actuellement en cours qui se poursuivra encore quelques semaines -, Maxime Pascal a invité l’excellent ténor Kevin Amiel (que nous avions vu et apprécié en Némorino dans la production bordelaise de L’elisir d’amore de Gaetano Donizetti) et la très belle soprano Léa Trommenschlager.

C’est donc sous un soleil, couchant certes, mais encore bien présent que commence le concert du Balcon. D’entrée de jeu, nous notons une gestuelle inhabituelle, mais efficace et une direction dynamique, claire, nette précise. Les quatorze musiciens, qui jouent à un par pupitre, suivent leur chef avec une justesse millimétrée et nous apprécions de voir que Maxime Pascal adopte des tempos et des nuances adaptés à chaque lied sans jamais couvrir ses deux chanteurs. Vocalement, les deux solistes sont visiblement très en forme et font honneur à Mahler qui trouve là deux très beaux représentants. Le ténor Kevin Amiel chante dans un répertoire très différent de celui dans lequel nous l’avions vu en avril, mais qui lui va plutôt bien. Cependant dès le lied d’entrée « Das trinklied von jammer der erde » il fait montre d’une autorité et d’une maîtrise peu communes ; la diction est excellente, la voix ferme, les médiums et les aigus insolents. Bref, Amiel délivre une performance remarquable pendant toute la soirée et séduit un public certes fidèle, mais qui aurait pu être plus nombreux. La soprano alsacienne Léa Trommenschlager n’a rien à envier au ténor ; en effet, la voix est parfaitement maîtrisée : les médiums sont de toute beauté, les aigus sont insolents et les graves sont bien présents. Là encore nous apprécions une diction impeccable qui fait honneur à Mahler. Dès les premières notes de « Der Eisame im Herbst » la jeune femme déroule la partition une aisance confondante et sans trembler.

C’est un concert d’ouverture de très haute volée que l’ensemble Le Balcon a offert au public du festival de Chambord qui a plébiscité l’ensemble par une ovation debout grandement méritée. Le « petit » orchestre de quatorze musiciens a interprété la musique de Mahler avec talent et Kevin Amiel et Léa Léa Trommenschlager ont interprété les six lieder, des traductions de charmants poèmes chinois, sans faiblesse.

Les autres concerts du festival de Chambord sont sur le site.

Visuel : © Festival de Chambord

Avignon OFF : Augustin Mal n’est pas un assassin, François Bureloup dans son art
Parti pour l’été en playlist
Hélène Biard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture