Théâtre

Au Théâtre du Ranelagh on n’oublie pas Jean-Luc Lagarce

Au Théâtre du Ranelagh on n’oublie pas Jean-Luc Lagarce

05 mai 2011 | PAR Floriane Gillette

Lorsque le spectateur arrive au Théâtre du Ranelagh, il se laisse emporter par la beauté et le chic de l’endroit. Mais lorsque l’ouvreuse le place au salon-bar du théâtre il s’interroge. Le public assiste à la pièce confortablement assis à une table, libre de se laisser tenter par un apéritif. Pour cette mise en scène de Derniers remords avant l’oubli de Jean-Luc Lagarce, Serge Lipszyc , a choisi de mettre le public au cœur de l’action, devenant lui-même acteur.

L’initiative permet d’entendre et d’être frappé par le poids du langage. Une subtilité de la langue propre à Lagarce, auteur contemporain actuellement le plus joué en France. Hélène, Paul et Pierre sont réunis, un dimanche à la campagne dans cette maison qui fut autrefois la leur, cocon d’un triangle amoureux aujourd’hui enfoui sous le poids des années. Venus voir Pierre avec leurs conjoints respectifs, Paul et Hélène lui annoncent leur volonté de vendre la propriété.

A chaque moment, le spectateur ressent que les non-dits du passé peuvent imploser en une extraordinaire colère pour certains personnages ou se transformer en tristesse pour les autres. Mais ces maux portés par des mots scrupuleusement choisis peuvent aussi rester enfouis de peur de venir abimer des souvenirs heureux. Au public de lire entre les lignes, de décrypter les expressions et les sentiments.

Dans Derniers remords avant l’oubli, Jean-Luc Lagarce évoque le temps qui passe, l’amitié, la maturité et les blessures, des thèmes qui pour Serge Lipszyc constituent l’essentiel de la vie. Cet habitué des mises en scène de Tchekhov trouve d’ailleurs que la filiation entre les deux auteurs est évidente. L’auteur livre une puissante réflexion sur l’enjeu du passé, latent mais capable de ressurgir et d’interrompre le fil de votre vie. Le tout servi par une mise en scène originale et des comédiens talentueux.

La programmation du 40e festival d’Automne dévoilée
Trois questions à Serge Lipszyc
Floriane Gillette

One thought on “Au Théâtre du Ranelagh on n’oublie pas Jean-Luc Lagarce”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *