Théâtre

A Bordeaux le FAB accueille un petit bout du bouillonnement culturel du monde.

A Bordeaux le FAB accueille un petit bout du bouillonnement culturel du monde.

14 octobre 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Le FAB, Festival International des Arts de Bordeaux Métropole inaugure début Octobre la saison culturelle par une programmation audacieuse mêlant des propositions internationales à la présentation d’artistes locaux.

 

En mettant un coup de projecteur sur des thématiques sociétales le festival s’engage avec des artistes qui questionnent notre société contemporaine en mouvement. Les artistes du Proche et Moyen-Orient pour la première édition, ou les frontières pour l’édition 2017, le thématique du paradis pour l’édition 2018 et les super héros pour l’édition 2019. Du 4 au 20 octobre, supervisé par le SUPER QG, espace d’échange à Saint Michel au cœur du Bordeaux rive gauche, ce ne sont pas moins de 32 spectacles sur scène ou hors les murs dont 13 premières, 18 compagnies internationales 10 compagnies régionales. La programmation singulière s’axe cette année, pour cette quatrième édition, autour de la thématique We can be heroes en anglais pour signer l’international. 

Nous ne pouvons rendre compte ici de la pluralité et de la richesse de l’offre de spectacles. Écrivons que le public s’abonne, plus nombreux d’année en année. Il répond présent avec gourmandise et une assiduité qui signe la renommée désormais acquise du festival.

Compte rendu d’une visite au FAB.

Le Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine participe à la fête et accueille la dernière pièce très attendue de Solenn Denis, Scelus, une pièce  spectaculaire dérangeante qui fait événement.

Un spectacle de rue Blue Tired Heroes de Massimo Furlan met en scène dans un happening se transformant parfois en une installation de sculpture à motif humain dix seniors en habit de superman, dix hommes sans femme se croyant des héros cependant que chaque scorie urbaine les interroge. Le geste est audacieux et édifiant, et drôle. 

 

Au Glob Theatre nous avons assisté à Souviens toi des larmes de Colchide de Aurore Jacob, une pièce sombre magnifiquement mise en scène par Anne-Laure Thumerel, mais interprétée inégalement. Il s’agit de l’histoire d’un infanticide, du moins peut-être. Une femme ne parvient pas à s’endormir rongée par la culpabilité et visitée par ses fantômes. En miroir une autre femme qui tel un spectre la visite la nuit, pleure un amour perdu. Les deux femmes sont elles une seule et même femme, et si oui cette mère serait elle une Médée moderne? La question bâtit notre plaisir de spectateur. La scénographie épurée soutient le geste, entretient l’énigme et même si parfois l’interprétation souffre de la jeunesse  des premières représentations, la pièce est belle et prometteuse.  

Le Group Suave a atterri de Rio De Janeiro pour présenter son travail à Saint-Médard-en-Jalles. Ce pont improbable entre deux mondes enrichit la magie de leur spectacle de danse. CRIA inspiré par le Dancinha (petite danse) une danse urbaine de Rio elle même influencée par le Passinho et dirigé par la chorégraphe Alice Ripoll la troupe impressionne et émerveille. Elle réactualise la danse brésilienne, une danse explosive et jubilatoire. Cette troupe aime danser et nous communique cette amour.

Nous aurons terminé notre visite au FAB avec la truculente et dynamique Agnés Matheus qui se saisit avec une force dramatique et une vertueuse agressivité de la question de l’inégalité hommes-femmes et en particulier des féminicides. La dame est fantasque, brutale, violente impliquée et en même temps hilarante.  Déguisée en princesse et dénigrant les princes, elle devient une show woman décapante. Le propos mélange les choses, brasse entre eux des concepts trop différents, pousse parfois des lieux communs, mais à l’époque du viol, du voile et du crime dit passionnel la parole et les hurlements de Agnés Mateus sont nécessaires et salvateurs. Il faut voir Rebota rebota y en tu cara explota (Ça rebondit et ça t’éclate en pleine face). 

 

En conclusion, le festival construit d’année en année un public qui lui est fidèle. Il s’installe de façon pérenne dans le paysage culturel aquitain. Les propositions régionales profitent du Fab pour présenter des oeuvres en devenir, tandis que les invités étrangers sont une chance rafraîchissante de découvrir des inédits. 

 

 

Festival International des Arts de Bordeaux Métropole

9 rue des Capérans
33 000 Bordeaux
Billetterie : 09 86 40 07 29

lien de téléchargement du programme complet.

 

Crédits Photos FAB.

L’agenda classique de la semaine du 14 octobre
« Mytho » la série désespérée et drôlement bien ficelée de cet automne 2019 sur Arte
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *