Spectacles

[Festival d’Avignon] Sujets à vif de la SACD, Programme D

[Festival d’Avignon] Sujets à vif de la SACD, Programme D

20 juillet 2014 | PAR Christophe Candoni

Suite et fin des Sujets à vif de la SACD conclus par Irrévérence(s) et Je vais danser autour de ta tête jusqu’à ce que tu tombes, dernier programme qui, malgré la présence irradiante de la star Marie-Agnès Gillot dans le jardin de la Vierge du Lycée Saint-Joseph, se conclue sur des propositions minimales, peu élaborées et encore moins convaincantes qui traitent de la non-appartenance à une communauté et le refus catégorique de toutes tentations grégaires.

[rating=1]

Irrévérence(s). Marie-Agnès Gillot / Lola Lafon

« Je ne veux pas me joindre au troupeau… je ne veux pas être une carpette… je ne veux pas me perdre » répète en boucle Lola Lafon évoquant son intrépide désir de non-appartenance à ce qu’elle appelle « la vraie vie ». Alors que le principe des sujets à vif repose fondamentalement sur la rencontre entre deux artistes venus d’horizons différents, le résultat ne témoigne pas d’un réel et productif échange entre les deux participantes dans la mesure où réunies côte à côte sur le petit plateau, elles donnent l’impression de ne pas être véritablement ensemble. On ne voit pas le lien, l’alchimie qui font l’habituelle réussite de ces petites formes proposées par la SACD. D’autant plus que les partitions paraissent déséquilibrées. La romancière et musicienne Lola Lafon monopolise avec ostentation la place et la parole, toujours au devant de la scène, elle lit des extraits de ses livres, chante ses chansons. Plus sobre, plus humble, Marie-Agnès Gillot, sublime Etoile de l’Opéra de Paris, paraît en retrait, toujours en fond ou de côté, elle rase presque les murs. Elle se livre aux exercices d’étirements à la barre qui font son quotidien de danseuse, déploie de tout son long son corps gracile et montre combien son merveilleux métier ô combien difficile requiert discipline, effort et abnégation sans pour autant tirer la couverture à elle.

Je vais danser autour de ta tête jusqu’à ce que tu tombes. Manuel Vallade / Volmir Cordeiro

La deuxième pièce a été conçue et interprétée par Manuel Vallade, acteur et danseur solaire et blagueur et Volmir Cordeiro. Le premier entre du fond du plateau mais semble venir de bien plus loin, en minishort et veste polaire bleue mal boutonnée, une sorte de Crusoé ahuri, échoué là sans but ni raison. Il est bientôt rejoint par son partenaire tout aussi énigmatique. Longue silhouette étrange, Volmir Cordeiro, s’inscrit dans ses pas, le suit à la trace tel un double, une conscience. Seuls au monde, dans un grand et long silence, ils se meuvent en toisant fermement l’assistance, vont par instant à sa rencontre. S’installe alors un jeu loufoque de méfiance, de défiance entre les personnages éperdus sur scène et le public en état d’attente. Curiosité, agacements et rires nerveux se mêlent devant ce non-happening un brin longuet et provocateur. Cette fois-ci, les moutons sont clairement de l’autre côté de la rampe.

crédit : LN Photographers

Retrouvez le Dossier Festival d’Avignon 2014 de la rédaction.

Infos pratiques

« Voyage à travers ma modernité » – L’odyssée de Pierre Henry
La revue de web de la semaine
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III).Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *