Spectacles

Peter Pan ou la quête de Wendy, à la Reine Blanche, grandir est une belle aventure

Peter Pan ou la quête de Wendy, à la Reine Blanche, grandir est une belle aventure

08 juin 2011 | PAR Avela Guilloux

Le théâtre de la Reine Blanche propose une adaptation du texte de James Matthew Barrie tout en émotion et invention. Une jeune compagnie à suivre.

Peter part chaque soir du Pays du Jamais pour se rendre au centre de Londres afin d’écouter Wendy Moïra Angela Darling raconter des histoires à ses petits frères. Un soir, il s’introduit dans la nursery et lorsque Wendy surprend sa présence, il décide de les emmener, elle et ses frères au Pays du Jamais. Avec l’aide de la poussière de la Fée Clochette, les voilà partis. Là-bas, Peter Pan, l’enfant qui ne veut pas grandir et ses compagnons, les enfants perdus, permettent à Wendy et ses frères de découvrir un monde magique, d’une beauté incomparable mais qui se révélera également plein de dangers. Durant leurs aventures dans ce pays mystérieux, ils vont découvrir, apprendre de nombreuses choses mais aussi en oublier d’autres …
La jeune Wendy Darling tentera de trouver des réponses à la fameuse question : Est-ce que je veux grandir ? Et surtout : Comment je veux grandir ?

Il y a dans le spectacle jeune public des « modes », des « phases ». Après  » Alice au pays des merveilles », « Pinocchio » et  » Le Petit Chaperon Rouge », c’est au tour des aventures de Peter Pan d’envahir les scènes parisiennes…L’occasion de découvrir cette jolie mise en scène, proche de l’esprit de l’auteur James Matthew Barrie, au théâtre de la Reine Blanche.

Il faut du cran pour s’attaquer au texte de James Matthew Barrie, connu pour sa fantastique machinerie, sa galerie de personnages incroyables et surtout, ses scènes où l’on voit les personnages voler ! Peut-être faut-il la folie de la jeunesse…c’est en tous cas ce qui vient à l’esprit en observant le travail de cette jeune troupe qui réussit le tour de force de rester fidèle à l’esprit délicieusement irréveréncieux et insolent du texte, tout en se jouant des contraintes techniques en réduisant le dispositif scénique au minimum : quatre palettes de bois devenant tour à tour lit à baldaquin, pont du bateau, cabane….c’est simple, c’est beau, c’est efficace comme un jeu d’enfant, et les petits y croient.

 Peter Pan « Finalement, la mort peut être une grande aventure »

Débarrassés de l’imagerie Disney qui leur collent à la peau, les personnages retrouvent le parfum d’aventure que les enfants aiment tant. On retrouve l’esprit du roman du conte et de la pièce originale, et c’est un vrai bonheur !  Les vraies préoccupations du personnage : (mort, peur de l ‘abandon), qui manquent tant dans de nombreuses adaptations et sont pourtant essentielles au yeux des enfants sont ici clairement énoncées. Un très efficace habillage sonore achève le travail, et nous plonge dans cet univers rêvé qui prend parfois des allures de cauchemar.

La pièce gagnerait certainement à être resserrée au niveau du rythme, mais ces quelques maladresses sont vite effacées par les jolies trouvailles de mise en scène…par exemple, comment fait-on voler des acteurs quand on est une petite compagnie sans grands moyens ? On vous laisse découvrir la solution pleine de poésie de la mise en scène de Judith Perlmutter et Luna Rousseau.

Du spectacle pour enfants qui sait prendre de risques et se montrer exigeant artistiquement avec peu de moyens, ça ne se rencontre pas tous les jours…Cette adaptation des aventures du petit garçon qui ne veut pas grandir est à découvrir !

 

Angelina Jolie réalise un film
Le duo Belle Ninon à la direction artistique de Cacharel
Avela Guilloux

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *