Performance

Open House, Clara le Picard dans l’archéologie de La Ménagerie de Verre

Open House, Clara le Picard dans l’archéologie de La Ménagerie de Verre

15 novembre 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis mars 2018, nous pensions tout savoir de la Ménagerie de Verre, depuis en fait que Dominique Gilliot avait fait du lieu son ère de jeu au millimètre près. C’était sans compter sur Clara le Picard et sa double passion pour le Velvet et Marie Thérèse Allier.

Open House… tout est dit ici. En 1964, Andy Warhol ouvre son atelier d’artiste. En 1983, Marie-Thérèse Allier fait d’une ancienne imprimerie le lieu de l’avant garde chorégraphique. Factory versus Ménagerie est le fil conducteur de cette leçon de choses menée de façon très scolaire par l’anthropologue et sociologue Claire Astier.

Clara Le Picard aime raconter des histoires en train de se fabriquer. C’était déjà le cas en 2016 au Festival d’Avignon pour De l’Imagination. Alors en partant du titre de la chanson de Lou Reed et John Cale, elle s’interroge. Qu’est ce qui caractérise une maison d’artistes ? Les artistes ou la maison ? N’est-ce pas le lieu qui devient prescripteur d’oeuvres ? Que ce soit la Factory ou la Ménagerie, l’argenté ou le blanc, l’impact semble évident. Deux lieux, deux personnalité fortes, deux façon de repenser la musique et la danse.

Chez Gilliot, la réactivation des souvenirs était induite alors qu’ici Le Picard fait surgir des fantômes. Dans un délicieux happening, Franck Williams, Jeanne La Fonta, Maud Pizon et Julien Andujar vont nous basculer à la lisière des 70’s et des années 80’s. Elle nous replace alors dans la boite à outils dans un geste extrêmement actuel. Montrer comment on fabrique une phrase chorégraphique, c’est ce qu’Emanuel Gat a osé faire dans un autre lieu mythique, La Cour d’Honneur en juillet dernier. Quant à la conférence, le genre est devenu un incontournable de la performance. Frederic Ferrer nous le disait récemment en interview : « les conférences permettent souvent d’interroger le champ du savoir ou de l’expérience, et ouvrent de nouvelles possibilités de se penser dans le monde. »

Mi cours magistral, mi rêve fantomatique, Open House cible les amoureux de la Ménagerie et les nostalgiques de la Factory. On est surpris d’en apprendre encore sur le 12/14 rue Lechevin. Vous le saviez, vous que Claude Regy avait monté les petits gradins ? Nous non.

On en a pas fini avec ce lieu et le festival Les Inaccoutumés qui ouvrait donc avec Open House se poursuit jusqu’au 8 décembre

Visuel : Open House – Clara Le Picard

Jérome Baron, directeur artistique du Festival Les 3 Continents :  » Moins ils en savent plus ils ont envie d’en voir »
Thomas B. Reverdy remporte le prix Interallié
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *