Performance
Les consultations (pour Emmanuel), thérapie par le regard à l’Abbaye de Maubuisson

Les consultations (pour Emmanuel), thérapie par le regard à l’Abbaye de Maubuisson

20 juin 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Est-ce que le regard est un mouvement? Dans ses explorations, Mélanie Perrier ne cesse de faire déborder la danse. Jusqu’à demain, la compagnie 2 Minimum ajoute une pierre classée à son panthéon de la relation.

Marie Barbottin, Laurie Giordano, Claire Malchrowicz, Jeremy Martinez, et Yannick Hugron, vont en alternance entrer avec vous dans la Salle du Trésor de ce très beau centre d’art. La règle du jeu est simple : quand la porte s’ouvre, la performance commence, guidée par la musique de Gaspar Claus qui nous accompagne, douce comme un souffle. Quand la porte s’ouvre à nouveau, la performance est finie. Elle dure 20 minutes, pas une seconde de plus. Au bout de ces 20 minutes, un temps d’échange permet, à chaud, de partager ses émotions, intenses avec la chorégraphe, Mélanie Perrier. 

Intense, c’est le bon terme. Vous voici face à face à un ou une inconnue, pour nous ce fut la lumineuse Claire Malchrowicz. Nous voici toutes les deux seules. Nous n’avons pas le droit de nous parler, juste de nous regarder. Cela n’arrive jamais de soutenir le regard de l’autre dans le silence pendant plusieurs minutes, encore moins dans une toute petite salle, de 4 mètres carrés, au plafond en ogive, toute pleine de vierges, de christ et de bouts de piliers.

La « pièce » est un hommage, ou plutôt une illustration de la pensée d’Emmanuel Levinas, qui écrit dans Humanisme de l’autre homme : « Le visage s’impose à moi sans que je puisse rester sourd à son appel ». Ce projet artistique est né en plein confinement, quand nos yeux étaient rivés aux écrans 18 heures par jour. Et ensuite, quand le bas de nos visages était caché par des masques, que disaient nos yeux ? C’est cette periode très particulière qui guide la chorégraphe dans ses projets actuels (au Musée de Cluny en ce moment, elle propose des déambulations pour les bébés par exemple).

Chaque expérience de spectateur ou de spectatrice est totalement unique. L’interprète ne sait pas ce qu’il va faire, chacun est poreux à l’autre. Il s’agit d’une séance individuelle dont le contenu est pour toujours connu uniquement des deux protagonistes. Il ne s’agit pas d’un spectacle, pas non plus d’une démonstration d’une chorégraphie bien apprise. Nous sommes plus ici dans le champ de l’écoute et de la sensation.

Il est étrange de réaliser à quel point le silence parle et à quel point il est possible de se comprendre sans se connaître. On sort de là ( en tout cas nous !), légers et apaisés !

Jusqu’à demain, il reste de la place à 15h. Informations et réservations. A l’ Abbaye de Maubuisson- 1h au départ de Paris Gare du Nord- Ligne H. Un départ toutes les trente minutes à 11 et 41 de chaque heure.

Visuel : affiche

 

Gagnez 1X2 places pour le Concert de Anna Paceo à la Cigale le 23 juin
Fayard en pagaille
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture