Jeune Public
Lyon : Albert Cohen expliqué aux enfants

Lyon : Albert Cohen expliqué aux enfants

28 octobre 2021 | PAR Ilan Lévy

Les Jours Noirs de la Lioncesse est une magnifique pièce de théâtre tirée de l’œuvre d’Albert Cohen, pour petits et grands. Elle circule dans Lyon et ses environs ces prochaines semaines.

Albert Cohen, un auteur pas si connu

Si l’auteur de Belle du seigneur est aujourd’hui connu dans le monde entier, ce ne fut pas toujours le cas. Exilé en Suisse, il se fit surtout reconnaître après son passage dans l’émission mythique Apostrophe. Toujours vêtu de son inusable robe de chambre rouge, il fit sensation et son œuvre prolifique put ainsi accéder à la postérité.

Après son décès, les droits d’auteur ont longtemps été gelés et il n’était quasiment pas possible de faire représenter ses œuvres sur scène. Pourtant le talent romanesque de Solal ou de Mangeclous, parmi ses principaux personnages, se prêtait volontiers à l’adaptation scénique.

Une pièce pour enfants tirée de l’œuvre d’Albert Cohen

Grâce au travail magnifique d’Olivier Borle et de sa compagnie Théâtre Oblique, le public, en particulier, le jeune public, a eu la chance de découvrir au théâtre une adaptation de Mangeclous et la liconcesse. En choisissant de mettre en scène Belle du seigneur, Olivier Borle a choisi une petite forme destinée au jeune public sur le fantasque Mangeclous. Ce faux avocat de l’île de Céphalonie qui a mangé enfant des clous, est le père de 3 chérubins qu’il adore. Plus bonimenteur que menteur, il les emmène visiter le zoo de l’île d’où la lionne s’échappe. Constatant la panique ambiante, craignant l’antisémitisme, et jamais à cours d’une idée saugrenue, il innove et crée une compagnie de transport anti-lion et fait immédiatement fortune, tout en n’oubliant parfois de nourrir ses enfants. Il parvient à transformer un vieux chariot en autobus pour passagers craignant le félin, qui n’est, en réalité qu’une « lioncesse » inoffensive. Fortune faite, ce grand valeureux, toujours sans le sou, se fait philanthrope et finance la reine d’Angleterre, Churchill et tant d’autres, sans oublier les enfants du public qui reçoivent chacun un sou.

Mangeclous attendu en 2022

Ce petit format de 45 minutes met en lumière le travail d’adaptation d’Olivier Borle et Audrey Laforce, ainsi que le jeu théâtral tout en justesse et humour d’Estelle Clément-Bealem et Mathieu Besnier. Entre théâtre d’objets et aventure picaresque, la compagnie a su adapter avec finesse l’œuvre principale d’Albert Cohen qui est malheureusement peu présentée sur scène.

Prochaines dates :

19 Novembre 21 : Collège Vendôme (Lyon) à 10h30

2 Février 22 : Andrézieux Bouthéon (Médiathèque)

7 et 8 Février 22 : Toboggan (Décines)

11 Février 22 : Théâtre Jean Vilar (Bourgoin-Jallieu)

20 Mai 22 : Fête de l’Iris (Oullins) programmé par le Théâtre de la Renaissance.

Les Jours Noirs de la Lioncesse, d’après Albert Cohen, avec : Estelle Clément-Bealem et Mathieu Besnier, Mise en scène : Olivier Borle, Adaptation : Olivier Borle et Audrey Laforce, Scénographe : Benjamin Lebreton, Lumière : Stéphane Rouaud, Assistanat mise en scène : Gaëlle Freyssinet, Régie : Jules Guittier-Benito, Production, administration : Marina Dubroca, Durée : 55 min/

visuel (c) S Rouaud

La mémoire perpétrée au musée Dreyfus dans la maison d’Emile Zola
Etre zazou, c’est danser sur la croix gammée
Ilan Lévy

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture