Humour
« Madame Foresti au Zénith de Paris » : Florence Foresti plus à l’aise que jamais dans un one woman show ultra efficace

« Madame Foresti au Zénith de Paris » : Florence Foresti plus à l’aise que jamais dans un one woman show ultra efficace

21 janvier 2015 | PAR Gilles Herail

Après les affres de la grossesse dans Motherfucker, Florence Foresti affronte la crise de la quarantaine dans son nouveau spectacle. Face à une salle du Zénith de Paris conquise et complice, Madame Foresti laisse exploser toute son énergie et ses vrais talents de clown. Un one woman show qui confirme le talent d’une humoriste qui surprend un peu moins mais nous fait toujours autant rire.

[rating=4]

Le nouveau spectacle de Florence Foresti a été présenté au théâtre du Châtelet à Paris et dans quelques grandes salles de province avant les fêtes. Au Zénith de Paris jusqu’au 24 janvier, la comédienne repartira ensuite sur les routes tout au long de l’année 2015. On se souvient de son premier spectacle, digne héritier des géniales apparitions télé chez Ruquier. On a beaucoup regardé Mother Fucker, plus proche du stand-up, où l’artiste désacralisait la grossesse et la maternité. Madame Foresti est dans la continuité de ce dernier spectacle. Décortiquant la quarantaine avec ce même regard observateur, cet œil imparable pour moquer l’absurdité comique du quotidien. Dans la salle, les couples s’interpellent, le public commente et se reconnait. Et c’est l’une des marques de fabriques d’une comédienne qui sait incarner la normalité.

On a beaucoup évoqué la ressemblance entre Florence Foresti et Muriel Robin. Et c’est une évidence dans l’énergie et la gestuelle d’une performance scénique extrêmement physique. Au delà de la qualité de son texte, Foresti conserve son inestimable faculté de pouvoir déborder, de devenir clown, au delà des vannes et de la tchatche. Avec des moments véritablement burlesques, qui partent dans tous les sens. Pour faire la fine bouche, on se dit alors que l’on aurait encore plus aimé ce dernier spectacle si Foresti explorait à fond cette voie, en allant plus loin dans le travestissement et l’incarnation de nouveaux personnages. La mode est au stand-up et moins au sketch et il est impossible de bouder son plaisir devant ce spectacle très réussi. Mais le format du stand-up installe malgré lui une forme de monotonie. On préfère chez Foresti son véritable plaisir du jeu, du risque, de la surprise. Se transformant dans un épilogue qui rit jaune, en une Arletty plus vraie que nature, la comédienne recommence à nous surprendre. Et l’on ressort plein d’espoir pour la suite.

Gilles Hérail

Madame Foresti, le nouveau spectacle de Florence Foresti au Zénith de Paris jusqu’au 24 janvier et en tournée dans toute la France. 

L’agenda classique de la semaine du 19 janvier
Une Histoire des Condé, par Christian Bouyer
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *