Spectacles
Entretien avec Émilie Capliez, co-directrice de la Comédie de Colmar

Entretien avec Émilie Capliez, co-directrice de la Comédie de Colmar

04 avril 2022 | PAR Marion Allard-Latour

Émilie Capliez, co-directrice de la Comédie de Colmar depuis 2019, évoque la mise en scène du spectacle Little Nemo ou la vocation de l’aube

Vous mettez en scène Little Nemo ou la vocation de l’aube d’après l’œuvre de Winsor McCay. Comment ce texte est parvenu jusqu’à vous ?

C’est une commande d’écriture que j’ai passé à une autrice : Tünde Deak. Il s’agit de l’adaptation de la célèbre bande dessinée de Winsor McCay. Une quinzaine de planches ont été sélectionnées pour arriver à ce résultat. 

Little Nemo est une œuvre onirique. Quels sont les éléments de mise en scène qui tendent à retranscrire cette notion de rêve sur le plateau ?

Le projet est à la fois dense et complexe. L’histoire raconte la vie d’un petit garçon qui s’endort au début de chaque planche. Il est convoqué par des messagers pour rejoindre la princesse du pays des rêves. C’est un univers coloré et foisonnant. Cela ouvre un champ des possibles au théâtre assez incroyable. 

Le premier enjeu était de réussir à recréer cette dimension onirique. Ensuite, il fallait passer de la 2D à la 3D. J’ai beaucoup travaillé avec les scénographes Marc Lainé et Stephan Zimmerli. Nous nous sommes concentrés sur les dessins et l’atelier du peintre. Nous avons imaginé un décor qui se déployait comme pour un livre pop-up. 

Nous avons fait un pas de côté car j’ai décidé de mettre en scène le personnage même du dessinateur, Winsor McCay. J’ai transposé le décor dans l’atelier d’un peintre, qui doit produire le vendredi soir sa planche pour le lendemain matin. 

À l’origine, la bande dessinée est parue sous forme de feuilleton ?

Oui, exactement. C’était un supplément dans des journaux aux États-Unis (au début du XXème siècle). Chaque planche sortait en couleurs le dimanche. Il en existe plus de 560. Elles étaient très accessibles et populaires. 

Pour les amateurs de bande dessinée, Little Nemo est ensuite devenue une œuvre importante. Les personnages grandissent en même temps que les cases. 

Sur scène, nos retrouvons la chanteuse pop Françoiz Breut et le musicien Stéphane Daubersy ainsi que la circassienne Joana Nicioli et le comédien Paul Schirck. Pouvez-vous nous parler de ces collaborations ?

Je suis allée les voir en concert et je leur ai demandé si cela les intéressait. Nous avons décidé de réaliser ce projet ensemble.

Françoiz Breut a écrit les chansons et Stéphane Daubersy a composé la musique. Sur scène, ils interprètent musicalement les planches mais sont aussi acteurs. Il s’agit vraiment d’un projet pluridisciplinaire. 

Paul Schirck joue deux rôles dans le spectacle : l’un proche d’un personnage de la commedia dell’arte et le peintre. Quant à Joana Nicioli, elle interprète Little Nemo. 

À qui est destiné ce spectacle ?

Je l’ai pensé pour les enfants. Mais c’est un spectacle destiné à tous. Il faut toujours travailler par rapport à ces deux grilles de lecture. 

Visuel : © Jean-Louis Fernandez 

Informations : 

09.04 et 10.04 | La Ferme du Buisson – PULP Festival

31.05 au 04.06 | Comédie de Saint-Etienne – CDN 

 

Between, entre Chamberlain et Sylvain Groud
L’agenda culturel de la semaine du 4 avril
Marion Allard-Latour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture