Danse
Cinédanse : La Mort du cygne de Jean Benoit-Lévy

Cinédanse : La Mort du cygne de Jean Benoit-Lévy

16 septembre 2021 | PAR Nicolas Villodre

L’annonce, ici-même, de la série d’OCS L’Opéra ne doit pas faire oublier que le prototype de ce sous-genre de Cinédanse reste le merveilleux film de Jean Benoit-Lévy, La Mort du cygne (1937) avec, pour vedette, la jeunette Janine Charrat, entourée d’Yvette Chauviré, Mia Slavenska, Zizi Jeanmaire, Mauricette Cébron, Micheline Boudet, Maurice Baquet…

Conte cruel

L’hebdomadaire Marianne publia la nouvelle de Paul Morand, La Mort du cygne, qu’adapta Jean Benoit-Lévy, avec son assistante Marie Epstein, la sœur du grand cinéaste Jean Epstein avec lequel Benoit-Lévy avait coréalisé le biopic muet – et provax – Pasteur (1922), en 1933, sous forme de feuilleton littéraire. Le numéro du 19 juillet résume bien le récit : « Rose Souris, une petite danseuse de l’Opéra, est la protégée de Mlle Beaupré, la célèbre étoile. On va bientôt donner « La Mort du Cygne ». Mais ce n’est pas Mlle Beaupré qui dansera ce ballet. Le directeur lui a préféré une danseuse russe, la Vasilissa… » Cette nouvelle fait partie du recueil Rococo; elle est cruelle et tragique, comme tout conte d’enfants.

Le récit présente aussi des aspects déplaisants que le film, produit sous le Front populaire, avec des techniciens et des artistes de gauche comme Maurice Baquet du groupe Octobre, effaça ou, du moins ,estompa. On veut parler d’un chauvinisme en totale contradiction avec les liens entretenus par le ballet français avec la danse russe, de Petitpa à Diaghilev et de l’anticommunisme qui déborda le cercle des Russes blancs immigrés, ou d’un danseur d’origine ukrainienne comme Serge Lifar – cf. l’accueil que celui-ci réserva à  l’étoile du Bolchoï Marina Semenova invitée à danser Giselle avec lui en 1935 à Garnier. Plus grave, la nouvelle de Morand est parcourue de pointes antisémites vraiment gênantes – un des riches protecteurs d’une ballerine au nom à consonance alsacienne s’entend dire par celle-ci : « Si vous êtes si riche, pourquoi ne vous payez-vous pas un autre nez ? »

Des studios de Garnier aux plateaux de Joinville

Le journal Pour vous du 29 juillet 1937 décrit le tournage du film au studio de Joinville et donne la parole à Yvette Chauviré : « Dans le film, c’est moi qui suis la « petite mère » d’une choryphée. Celle-ci, d’après le scénario, provoque un jour un drame par jalousie, parce qu’une artiste étrangère vient danser sur notre scène La Mort du cygne qui est un de mes succès… » Le film connut un grand succès non seulement dans l’hexagone (où il reçut le prix de l’Exposition universelle de 1937) mais à l’étranger. Il sortit aux États-Unis l’année suivante sous le titre on ne peut plus sobre de Ballerina. Au début des années 50, Benoit-Lévy réalisa une très intéressante série de courtes cinédanses destinées aux télévisions française et américaine, avec des interprètes de l’époque devenus chorégraphes comme Janine Charrat et Jean Babilée.

Jean Benoit-Lévy, amené à s’exiler en Amérique sous l’Occupation, céda une partie des droits d’adaptation à la MGM, laquelle en fit après-guerre un remake, The Unfinished dance (1947) d’Henry Koster, avec Margaret O’Brien, Karin Booth et une danseuse formée aux Ballets russes de Monte Carlo du colonel de Basil et de René Blum (le frère de Léon), qui n’était autre que la future Cyd Charisse. D’après la légende, Alfred Hitchcock lui-même, intéressé par la danse et par l’intrigue de la nouvelle, aurait envisagé la porter à l’écran. Le film de Jean Benoit-Lévy ainsi que ceux sur l’enfance de Jean Vigo, Christian-Jaque, François Truffaut inspirèrent sans doute le feuilleton d’Odette Joyeux L’Âge heureux consacré aux petits rats de l’Opéra.

Visuel : photo de Janine Charrat c. 1951, coll. Nicolas Villodre.

Agenda des vernissages de la semaine du 16 septembre
On va au Centre Pompidou avec Vinciane Despret
Nicolas Villodre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture