Séries
« L’Opéra » et son univers impitoyable arrivent sur OCS

« L’Opéra » et son univers impitoyable arrivent sur OCS

30 août 2021 | PAR Yaël Hirsch

La série de la rentrée sur OCS nous fait entrer dans le quotidien d’une danseuse étoile de l’Opéra de Paris qui arrive un peu échevelée au grand âge de 35 ans. Sous les dorures, un univers impitoyable et terriblement parisien se déploie dans cette première saison.

Une ballerine qui ne tient pas en place

La saison s’ouvre donc sur la course folle de Zoé Ariane Labed, excellent choix pour le rôle), danseuse étoile de l’Opéra de Paris pour arriver à l’heure au gala d’ouverture après une soirée arrosée et une nuit passée dans les bras d’un nouvel amant. C’est sous le coup de son stress et avec le suspense de savoir si elle va tenir le coup qu’on découvre l’ensemble de ses collègues, qu’elle commence d’ailleurs à irriter… Et, à travers les trajectoires croisées de cette étoile en fin de course et de la jeune Flora (Flora Soumaré 19 ans, effectivement danseuse au Ballet de l’Opéra de Paris), l’on entre par l’entrée des artistes dans les coulisses du rêve…

Une série léchée

Avec une réalisation soignée signée Cécile Ducrocq,  Stéphane Demoustier, Laïla Marakkchi, Inti Calfat et Dirk Verheye, cet Opéra qui prépare déjà sa saison deux nous emmène quelque part entre Les chaussons rouges de Michael Powell et Emeric Pressburger et de L’Opéra, le documentaire sur l’institution nationale signée par Jean-Stéphane Bron (lire notre interview). Le rythme est bon, parfois on sent que Black Swan est un peu obsédant (notamment dans la triangulation des personnages avec Raphaël Personnaz dans le rôle du directeur de la danse), mais d’une part la présence de danseurs de l’Opéra brouille les pistes et crée une tension prenante. Et d’autre part, il reste un je-ne-sais-quoi tout à fait parisien et chic dans cette série qui filme une capitale d’avant la covid. C’est presque touchant et l’on est un peu nostalgique du Paris où la coke, l’alcool et l’oubli dans une vie nocturne qui existait avant la covid pouvait être un piège où les talents se noyaient. Plus d’ors de la République, et moins de folie métaphysique donc, sont la recette du succès de cette série léchée et obscurément agréable. 

L’Opéra, Saison 1, d’après une idée de  Cécile Ducrocq et Benjamin Adam, avec Ariane Labed, Raphaël Personnaz, Flora Soumaré, Une série OCS Originals, 8×52’, diffusée à partir du 7 septembre et disponible à la demande sur OCS. /> visuel : affiche (c) OCS originals

La Cool playlist de la rentrée
« France » : Bruno Dumont sublime Léa Seydoux mais rate son allégorie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture