World

Retour sur le concert de Jahida Wehbé, « Le Caire des Lumières », au théâtre de Fontainebleau.

Retour sur le concert de Jahida Wehbé, « Le Caire des Lumières », au théâtre de Fontainebleau.

03 octobre 2016 | PAR Magali Sautreuil

Donné le dimanche 2 octobre 2016 dans le cadre du festival d’Île-de-France au théâtre de Fontainebleau, ce concert rend hommage aux grands poètes et musiciens égyptiens de la première moitié du XXème siècle. La chanteuse Jahida Wehbé et le musicien Élie Maalouf, deux artistes libanais, nous ont enchantés le temps d’un concert en reprenant une douzaine de chansons-phares !

Chanteuse, comédienne et compositrice, Jahida Wehbé a su non seulement prendre possession de l’espace, mais aussi séduire le public. Sa voix grave et envoûtante au timbre chaud si singulier y est d’ailleurs pour beaucoup. Vêtue d’une djellaba beige à motifs blancs, elle a littéralement illuminé la scène. Cette chanteuse ne fait pas qu’interpréter ses chansons, elle les vit et invite le public à voyager avec elle.

Petit à petit, l’auditoire s’est plongé dans l’ambiance du Caire, même si un théâtre n’est pas forcément le meilleur endroit pour mettre en valeur les chants orientaux. L’ambiance est allée crescendo et atteint son summum avec les fameux « youyous » et les deux morceaux improvisés à la demande des spectateurs.

Cette petite improvisation a été menée d’une main de maître. On a ainsi pu assister à un véritable « bœuf ». Il faut dire qu’Élie Maalouf, pianiste autodidacte à ses débuts, puise son inspiration à la fois dans le patrimoine oriental, la musique classique, ainsi que dans le monde du jazz et de l’improvisation. Il réussit un subtil mélange de toutes ces influences.

Saluons également la belle complicité entre les musiciens et entre les musiciens et la chanteuse. Musique et chant sont à l’écoute l’un de l’autre et se répondent mutuellement. Les aigus contrastent avec les sons graves de la contrebasse et le côté vibratoire des cordes pincées trouve écho dans les oscillations de la voix de Jahida.

Quatorze chansons ont été jouées ce dimanche 2 octobre 2016, quatorze chansons qui nous offrent un bel exemple de syncrétisme culturel !

Distribution :

Chant : Jahida Wehbé, accompagnée du chœur d’Attourath, dirigée par Abderrahman Kazzoul

Piano, buzuk (luth) et direction de l’orchestre : Élie Maalouf

Contrebasse : Fawaz Baker

Violon : Marwan Fakir

Oud : Mohanad Aljaramani

Percussions : Yousef Zayed

Infos pratiques

Agenda culturel de la semaine du 3 octobre
« Ni Terre Ni Mer », le premier roman d’une douce beauté d’Anne Von Canal
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *