Fictions

« Ni Terre Ni Mer », le premier roman d’une douce beauté d’Anne Von Canal

« Ni Terre Ni Mer », le premier roman d’une douce beauté d’Anne Von Canal

03 octobre 2016 | PAR Marine Stisi

Les Editions Slatkine & Cie publient Ni Terre Ni Mer, premier roman magnifique de l’allemande Anne Von Canal qui décrit avec beaucoup de délicatesse et de pudeur la vie d’un homme simple ravagée par un deuil impossible. 

[rating=5]

Refaire sa vie

Pourquoi le sort, parfois, semble-t-il s’acharner ? Laurits Simonsen était un enfant sage qui, très jeune, a découvert le piano. Il en a fait sa passion, peut-être même, sa plus grande évidence. Telle était la première option que la vie lui a proposée. Quelques centaines de pages plus loin, on le découvre médecin gynécologue, époux heureux et père de famille, mais avant encore, on l’avait véritablement cru pianiste sur une croisière, mais d’une solitude épouvantable.

Que s’est-il passé ? Pourquoi Laurits a vu sa vie se refaire si souvent de cette manière, et probablement, sans son accord ? Pourquoi le doute et le drame semblent être omniprésents dans ce récit d’une délicatesse folle, mais qui sait nous tenir en haleine jusqu’à la dernière page ? Sur une bande sonore qu’on doit à Chopin ou à Philip Glass, les questions s’entrechoquent.

Un roman maritime

A la manière des romans de marins, à la manière de la douceur d’Angela Huth quand elle racontait Quand rentrent les marins, Anne Von Canal a su donner à son roman l’énergie de la mer, son silence et sa fraîcheur. Toute la noblesse de la mer, sa puissance et sa domination sur nous apparaissent ici comme une évidence.

Anne Von Canal traite, sans une once de voyeurisme, la question d’un deuil ordinaire avec énormément de calme et de justesse. Ni Terre Ni Mer est un roman à lire pour sa beauté constante et sa virtuosité.

Ni Terre Ni Mer, Anne Von Canal, Editions Slatkine & Cie, 256 pages, 18€.

Date de parution : août 2016

Visuel : (c) DR

Retour sur le concert de Jahida Wehbé, « Le Caire des Lumières », au théâtre de Fontainebleau.
Rouen ville de patrimoine
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *