Musique

Thomas Fersen, Trois petits tours

16 septembre 2008 | PAR marie

Trois coups de baguette pour changer des valises en gourmandes camarades, des avions en concombres et un ukulélé en grillon ; trois coups de bâton pour passer d’un monde à l’autre, de la réalité au rêve, des aérogares aux vagabondages dans les nuages. Dans son dernier album, Thomas Fersen rend hommage à sa valise tout juste revenue des Antilles.

De son dernier best-of, Thomas Fersen a gardé sa puce sauteuse -ou « uku-lélé » en hawaïen-. A l’oreille, l’insecte lui avait donné des idées ; aux grattements de sa « guitare de poupée », il a donc ajouté bruits de bassines, sacs de bottes et fanfare. Un orchestre anarchique en somme, de ceux qui siéent aux globe-trotters et autres rêveurs qui, suite à de vertigineux vagabondages, n’ont pour adresse qu’une valise sans étiquette

Celle de Fersen, baptisée Germaine, est une omnivore qui se goinfre de vêtements sales, héberge des mites – non fumeuses- et nargue les douaniers. Car ce tendre objet, seule amie du voyageur, se transforme pour d’aucuns (et leurs chiens) en potentiel assassin… Quand l’aéroport se fait le porte-drapeau d’un « monde de barbelés », le chanteur n’a plus qu’à s’absorber dans le rose de l’aube…. Alors, dans un avion-concombre, il quitte la terre pour un « voyage sans encombre » ; de sa voix paresseuse –il n’a que 4 cordes-, il noie les mouches dans des verres d’eau et fait de son gratte-dos un ustensile aussi sensible que les mains d’une fille.

Vous l’avez noté, Fersen a eu beau parsemer son répertoire de notes métissées, se faire arranger par un Quebécois (Fred Fortin), il n’a quitté ni son costume de fée ni son humour décalé. Ses vers de magicien sont performatifs : les premières pistes laissent un peu « molles », simples « paillassons » sur lesquelles on se prépare avant « d’embarquer »… dans sa valise, bien sûr ! « Punaise, j’étais gonflé à bloc », c’est dit, les titres se font plus rythmés, on est entrainé…

Trois petits coups, Thomas Fersen, Septembre 2008, Tôt ou tard, 11 titres, 16,99 euros.

Fersen

Amélie Nothomb, Le fait du Prince
Nuits manouches à l’Alhambra
marie

2 thoughts on “Thomas Fersen, Trois petits tours”

Commentaire(s)

  • Merci d’être venue nous donner le lien de ce commentaire sur le forum de thomas. c’est très gentil. On espère te relire bientôt,avec une plume aussi légère et efficace que celle ci.

    septembre 16, 2008 at 19 h 30 min
  • palmita

    Jolie critique !!!!!!!
    Voilà, comme tu dis on est entraîné, même si on a quelques réticences on finit par être entraîné…..

    septembre 16, 2008 at 20 h 55 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *