Musique
Rock in the Barnévole #1

Rock in the Barnévole #1

10 août 2022 | PAR Pierre Pouj

L’été rime normalement avec plage, farniente et glaces. Mais pas pour tout le monde. Dans l’optique d’un génial festival indé, quelques bénévoles passionné.es se retrouvent, le temps d’un weekend, d’une journée, parfois un peu plus, parfois un peu moins, pour donner de leur temps, de leurs bras et de leur énergie pour quelque chose qui compte. On y était aussi, un peu par hasard il faut l’avouer, et nous voilà tombés amoureux d’un festival, de bénévoles et d’une certaine idée de la musique.

Ferme de Bionval, Samedi 6 août. Bienvenue dans le lieu qui accueille depuis plusieurs années déjà le festival Rock in the Barn. A une petite heure d’Evreux, aux alentours de Giverny, perdu dans les vallées normandes au réseau plus qu’aléatoire, se trouve ce corps de ferme magnifique qui verra se produire les 9 et 10 septembre Lebanon Hanover, Goat Girl, Guts, Acid Tongue et pléthore de groupes indés qui font aujourd’hui les grandes heures des oreilles les plus pointues.

L’heure n’est pas encore à la fête, mais bien à la préparation et la mise en place du festival. Après un rapide tour du propriétaire par le directeur du festival, Martin, parallèlement bassiste et co chanteur de You Said Strange (on était d’ailleurs à la release party de leur deuxième album), on retrouve une poignée de bénévoles déjà au travail depuis le matin. Objectif du weekend, mettre en place l’espace catering (la cantine pour les bénévoles, les artistes, l’orga etc..).

Localisé dans une des granges de la propriété qui est inutilisée le reste de l’année, le secteur nécessite un gros travail. Vider la grange, la nettoyer de fond en comble, dépoussiérer les mangeoires qui serviront d’assises, désinfecter les frigos, faire briller la vaisselle, laver les sièges et tables, reprendre et ranger le mobilier. Les équipes s’affairent dans la bonne humeur générale. Les profils se rencontrent et se connectent, les liens se tissent autour d’une bière un peu trop chaude, d’un repas un peu trop improvisé, d’un café un peu trop serré, d’un meuble un peu trop lourd pour deux, à la recherche d’un coin d’ombre à l’abri des abeilles. Le tout magnifié par ce sentiment de colo, de faire partie d’une bande plutôt baroque de profils atypiques.

Ce weekend poussiéreux aux douces senteurs de vinaigre blanc et aux superficielles coupures pourrait paraître peu reluisant sur le papier. Pourtant, le sentiment de faire partie d’une équipe soudée de bénévoles passionné.es est indescriptible. Parce que c’est bien de cela dont il s’agit. Ce weekend, une dizaine de jeunes adultes se sont réuni.es pour aider un festival indé, qui ne vit que grâce à eux et elles. Et iels reviendront le weekend prochain ou peut être celui d’après, et tous et toutes se réuniront le 9 et 10 septembre. Pour gérer la billetterie, les bars, la propreté, les loges, le camping, le parking, la technique et surtout profiter d’un weekend qui s’annonce mémorable. Accueillir un millier de personnes dans une ferme pour se retrouver, deux jours durant, écouter de l’excellente musique qui, pour certains des groupes programmés, fera demain les gros titres de toutes les salles et festivals d’Europe et d’ailleurs. C’est ça, Rock in the Barn.

Il est toujours possible de faire partie de cette bande baroque de profils atypique c’est par ici

Ou bien d’être festivalier.ère et profiter du spectacle, c’est par

Quelques liens utiles : Facebook Insta Site

Playlist du Festival : Spotify Deezer

Crédit Photo : Affiche de Rock In The Barn #13

Agenda cinéma du 10 août
Gaëtan Roussel ouvre le bal à DARC
Pierre Pouj

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture