Musique
Rock en Seine 2012 : 1er jour

Rock en Seine 2012 : 1er jour

25 août 2012 | PAR Francois Colombi

Cette année célèbre la dixième édition du festival parisien organisé dans le parc de Saint-Cloud. La programmation et les deux têtes d’affiche (Green Day et Placebo ) ont fait parler d’elles et ont surtout été vivement critiquées sur les réseaux sociaux. Pour les dix ans du festival, le public attendait sûrement mieux… Tant pis, la programmation est bouclée et comme le Rock en Seine ne serait pas ce qu’il est sans le mauvais temps, c’est donc sous la pluie qu’il a démarré.

C’est donc définitivement loin des têtes d’affiche qu’il fallait regarder en ce premier jour du festival. Loin donc de Placebo et Bloc Party, c’est sur les groupes un peu plus indépendants qu’il fallait miser. Éloignés de la grande scène c’est donc The Shins, Sigur Ros et Miike Snow que tout festivalier se devait d’aller acclamer, supporter, applaudir, ou tout simplement découvrir.

C’est la seconde fois que les américains de The Shins se rendaient au Rock en Seine. Découverts par le grand public grâce au film Garden State et la chanson New Slang, le groupe rock n’a pas failli et a livré une heure de concert centré sur son dernier album sorti cette année. Un peu moins électrique et plus acoustique, le groupe aurait touché la perfection.

Suite à l’annulation du rappeur Frank Ocean quelques jours avant le début du festival, le compositeur et dj français Para One le remplace à la hâte et on s’en réjouit. Après l’excellente Bo du film La Naissance des Pieuvres et son dernier opus Passion très bien accueillis par la critique, le dj Orléanais ne pouvait que livrer un set majestueux. Loin du son pop et de la musique éthérée qu’il a pour habitude de livrer, il a présenté une musique plus agressive et plus proche de Boys Noize et des ses anciennes créations avec Institubes.

Place après au calme et à la délicate pop islandaise de Sigur Ros. C’est dans un silence quasi religieux que le groupe originaire de Reykjavik s’immisce sur la scène recouverte de bougies. Comme à son habitude, il est accompagné de son quatuor à cordes et à travaillé sa scénographie. La lumière et les écrans diffusent une ambiance planante tandis que Jon Thor Birgisson, chanteur et leader du groupe brise son archet sur sa guitare. Loin de la douceur du début, c’est sur un véritable mur sonore que les islandais finissent et saluent le public.

Le dernier groupe de la soirée était suédois et se prénomme Miike Snow. Si le trio de Stockholm est peu connu, leurs compositions le sont beaucoup moins. Depuis de nombreuses années deux des trois membres du groupe composent des hits pour Britney Spears (dont l’excellent Toxic) Madonna et Kylie Minogue. Le groupe en est déjà à son second album et le premier, encensé par la critique, avait été remixé par les meilleurs (Fred Falke, Mark Ronson…). Déluge de lumière et de fumée, synthé et barbe de hipster, les trois suédois n ‘ont pas déçu et étaient peut être la meilleure prestation de la journée.

Pour la suite, rendez vous demain avec Noel Gallagher et les Black Keys…

« Passage pas sage », une expérience immersive
Gagnez 5 cds signés du « Life is on my side », le dernier album d’IZABO
Francois Colombi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture