Actu
Décès d’Hermine De Clermont-Tonnerre, la célèbre jet-setteuse française

Décès d’Hermine De Clermont-Tonnerre, la célèbre jet-setteuse française

07 juillet 2020 | PAR Loïs Rekiba

 

Hermine De Clermont-Tonnerre a succombé à ses blessures, un mois après avoir été victime d’un accident de moto.

 

Hermine de Clermont-Tonnerre était une femme bien connue du gotha parisien pour son gout de la mondanité festive ainsi que pour son ascendance célèbre. La princesse Hermine de Clermont-Tonnerre avait été victime d’un accident de moto le 1er juin dernier. Elle a succombé à ses blessures vendredi dernier,  après un mois de coma à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, « Entourée des siens », comme l’ont relayé son frère Aynard de Clermont-Tonnerre et son ex-compagnon, Alastair Cuddeford.

Issue d’une grande famille de la noblesse, Hermine de Clermont-Tonnerre était née le 3 juillet 1966. Elle était la fille de Charles Henri – 11e duc de Clermont-Tonnerre et d’Anne Moranvillé.

Hermine de Clermont-Tonnerre se fait remarquer lors de son passage par la case stylisme, chez Dior, où elle met en place sa propre agence de communication.  Elle était aussi une femme passionnée d’écriture, et son ouvrage le plus connu est une sorte de de guide de la conduite mondaine moderne : Savoir vivre au XXIe siècle (édité chez l’Archipel). Mais c’est en 2010 qu’elle gagne le plus de notoriété en participant à l’émission de télé-réalité La Ferme Célébrités qui la fait connaître aux yeux du grand public en tant que femme jet-setteuse, businesswoman auteure et…princesse ! –  et ce alors même que son titre n’avait aucune valeur réelle en France. 

Elle était mère de deux enfants, Allegra et Calixte, fruit de son mariage avec Alastair Cuddeford.

Restera d’elle l’image d’une aristocrate rebelle, résolument moderne; portée par le goût de l’éclat, des frasques, des paillettes et l’attention aux bonnes manières.

Visuel : Laetitia Larralde

Hongkong : des livres pro-démocratie retirés des bibliothèques
« The hit » : une traversée folle de l’Espagne avec Stephen Frears, Terence Stamp, John Hurt et Tim Roth à nouveau au cinéma
Loïs Rekiba

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *