Actu
Rencontre d’Archive au Ground Control : showcase et séance dédicace

Rencontre d’Archive au Ground Control : showcase et séance dédicace

13 mai 2022 | PAR Capucine De Montaudry

Une lumière bleutée, des spectateurs ravis. Hier soir, mercredi 11 mai, le groupe britannique de rock progressif et alternatif a présenté son nouvel album dans une ambiance intimiste. Sorti fin avril 2020, Call to arms & angels (Appel aux armes et aux anges) est une merveille qui n’aurait jamais vu le jour sans la pandémie. 

Au programme, une séance dédicace à la Fnac des Ternes, puis rendez-vous au Ground Control (12ème arrondissement). Dans une petite salle de concert a été diffusé Super 8, documentaire/journal intime qui raconte la naissance du nouvel album d’Archive. Les membres du groupe, Darius Keeler, Danny Griffiths et Maria Q au premier rang, expriment leur sensibilité au bouleversement mondial qu’a représenté la pandémie. Pour eux, ces longs mois ont été une grande période de création. Leur nouvel album est là : dix-sept titres abordent des thématiques douloureuses comme la solitude, le désespoir et la peur. Les longs riffs de guitare, les rythmes suaves et les voix profondes transportent les spectateurs dans un univers évanescent. 

Retrouvailles avec leurs fans 

Après la diffusion du film, trois membres du groupe (Darius Keeler, Danny Griffiths et Dave Pen) sont montés sur scène avec leur ingénieur son et leur producteur pour répondre aux questions du public. Darius Keeler déclare que leur album n’aurait pas existé tel quel sans le contexte de COVID. Ils se présentent comme un groupe, qui est devenu un collectif puis une famille. Dans cet ensemble chacun a pu apprendre à connaître les uns et les autres pour entrer dans un processus de création dont l’énergie n’a pas été éteinte par la pandémie.

L’aventure du documentaire est née lorsque Darius Keeler a souhaité utiliser une veille caméra qu’il avait trouvée dans des affaires de famille. Il s’agissait de créer un univers analogue à celui de leur album. Pour eux, ce film retrace une dynamique de création qui émerge du chaos. 

Avec Call to arms & angels, Archive a choisi de revenir à la création de chansons. Leur style est une synthèse complexe entre trip hop, électro, rock, progressif et ambient. Aujourd’hui, les voix de Dave Pen, Danny Griffiths et Maria Q sont au cœur de leur musique. En effet, si Maria Q était absente hier soir, les deux chanteurs ont fait une performance extraordinaire. Les chansons jouées : Fear there & EverywhereDaytime Coma, ainsi que To The EndLights et So Fuck you anyway, de leurs albums précédents. Dave Pen, Danny Griffiths et Darius Keeler (au synthé) parlent de vulnérabilité. Les longues notes vocales se fondent dans des boucles instrumentales incessantes et envoûtantes. Ils font preuve d’une grande virtuosité technique : les nombreux effets sonores sont performé en live. 

 

Discussion avec les membres du groupe 

Suite au showcase a eu lieu une nouvelle séance dédicace au Ground Control. Les personnes présentes ont immédiatement acheté le dernier album d’Archive chez le disquaire de l’établissement. Souriants et accueillants, les membres du groupe ont signé de nombreux vinyles et parlé avec leurs fans. Nous avons ainsi pu les interroger sur leur relation avec l’ingénieur son Jérôme Devoise, dont le travail est décisif pour le mix des musiques enregistrées. En effet, c’est lui qui harmonise les différentes composantes d’une musique. Dans le cas d’un groupe comme Archive, travailler main dans la main est nécessaire. « We have a great connexion« , ont-ils déclaré. Ils nous ont expliqué qu’ils se connaissaient depuis plus de vingt ans, qu’ils écrivaient ensemble et demeuraient dans un dialogue constant pour créer les chansons. Leur rencontre date du travail sur la bande originale de Michel Vaillant, réalisé en 2003 par Louis-Pascal Couvelaire. 

Le chanteur Danny Griffiths nous a ensuite fait la promotion de son chapeau, qui vient d’un site canadien nommé Kaliko. Lui et Darius Keeler nous ont confié le plaisir qu’ils ont pris à ce showcase. Ils sont déjà familiers des scènes françaises, sur lesquelles ils se produisent souvent, d’autant plus qu’ils ont enregistré de nombreux albums à Paris. De cette expérience, nous retenons une grande chaleur de la part des membres du groupe. En effet, le pessimisme qui fait leur réputation nous a en même temps permis d’avoir une belle surprise lors de leur rencontre. 

Visuel : Darius Keeler, Danny Griffiths et Dave Pen lors du showcase au Ground Control. 

Eva Aeppli, un dialogue artistique qui traverse le temps
Centre Pompidou : rupture avec l’oligarque russe Vladimir Potanine ?
Capucine De Montaudry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture