Musique

Rencontre avec le phénomène Vegedream

Rencontre avec le phénomène Vegedream

09 décembre 2018 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Que vous soyez fans de foot ou non, vous n’avez pas pu échapper au titre « Ramenez la coupe à la maison », ce tube incroyable de l’été 2018 qui est devenu l’hymne officiel de l’Equipe de France de Football championne du monde. Ce titre est désormais disque d’or. Toute La Culture a rencontré Vegedream à l’occasion de sa mixtape Marchand de sable 2 sortie le 30 novembre 2018 et déjà certifiée disque de platine. 

Votre mixtape s’intitule Marchand  de sable 2, pourquoi ce titre ? 

Vegedream: J’ai choisi ce titre parce que je veux donner du rêve aux gens, leur donner de la joie de vivre.

Quels sont les thèmes que vous avez voulu aborder dans vos chansons ? 

Dans mes chansons, j’ai voulu parler de la situation amoureuse et aussi de tout ce qui se passe dans la street (la rue).

Il y a une chanson qui résume bien votre apogée il s’agit de « C’est mon année ». On a l’impression que dans cette chanson vous faites le bilan de ce qui vous arrive depuis le triomphe de « Ramenez la coupe à la maison » ? 

En réalité ce que les gens ignorent c’est que cette chanson je l’ai écrite il y a deux ans. Je l’ai peaufiné seulement cette année. Et effectivement au vu de tout ce qui m’arrivait, c’est à ce moment là que j’ai décidé de la sortir.

Dans cette chanson, vous avez voulu livrer un message aux gens qui vous sous estimaient ? 

Oui forcément ! Mon but était aussi de faire passer un message aux gens qui ne croient pas en eux. Je pense que tout le monde peut réussir et s’en sortir. Je veux que lorsque les gens écoutent cette chanson, ils se disent à eux-mêmes que c’est leur année.

Au travers des paroles « Toi tu es jaloux, est-ce que tu es jaloux », vous vous êtes aperçu que votre succès faisaient peut être des jaloux ? 

Oui mais la jalousie est présente partout malheureusement. C’était aussi fait exprès pour titiller les gens.

Vous avez été découvert dans « La Synesia » avec notamment le titre « Ça va aller », quel bilan faites-vous de votre jeune carrière solo ? 

Pour l’instant ma carrière se passe bien. On se débrouille et on se défend comme on peux.

Quelles différences faites-vous entre le fait d’être dans un groupe et le fait d’être en solo ? 

Quand on est en solo on peux mieux s’exprimer dans le sens où on ne nous impose plus rien. On a une certaine liberté et il n’y a plus les désaccords qu’il peut y avoir dans un groupe.

Artistiquement, pensez-vous avoir réussi ou vous estimez que votre chemin est devant vous et que vous avez encore beaucoup choses à démontrer ? 

Non je dois encore prouver beaucoup de choses.

On vous a déjà surnommé le deuxième Maître Gims ? 

Oui j’ai déjà entendu ça (rires). Maître Gims et moi avons peut-être le même style mais je ne cherche pas à l’imiter ni à le concurrencer. Chacun fait son truc.

Quel est votre meilleur souvenir de l’année 2018 ? 

Mon meilleur souvenir de 2018 c’est la coupe du monde ! J’ai chanté devant plus de 80 000 personnes au Stade de France. Cela aurait été improbable su je n’avais pas sorti « Ramenez la coupe à la maison ».

L’année 2018 aura été celle de votre révélation. 2019 sera peut être celle de la consécration pour vous. Que prévoyez-vous pour cette nouvelle année ? 

Je ferai un album avec des gros featurings dont je ne peux pas dire lesquels. Je donnerai un grand concert au Zénith de Paris le 28 juin 2019.

 

Fendre l’air: l’art du bambou au Japon présenté au musée du Quai Branly
PAINT : la maîtrise toute en finesse
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *