Rap / Hip-Hop

Talib Kweli, rappeur-prêcheur au Trabendo

Talib Kweli, rappeur-prêcheur au Trabendo

28 novembre 2018 | PAR Clara Bismuth

Rappeur essentiel du hip hop underground new-yorkais, partenaire de Mos Def et DJ Hi-Tek avec le groupe Black Star ou encore invité de la Block Party de Dave Chappelle en 2005, Talib Kweli a entamé en 2002 une carrière solo massive. Avec une date unique en France au Trabendo ce 21 Novembre 2018, la soirée ne fut pas un simple concert, mais la célébration véritable d’un artiste à la fanbase fidèle.

Comme pour toute les grandes figures de la sphère hip-hop, le choix de la première partie n’a pas été fait au hasard. Kweli expose au public parisien son dernier protégé, le brésilien NIKO IS. Un rap influencé par le hip-hop et les sonorités jazz, funk et bossa nova, qui ne manque pas de chauffer la salle ainsi que de souligner un métissage terriblement plaisant, avant de céder sa place au maître.
Si le rappeur américain s’est imposé dans l’avant-garde du rap conscient, il n’a cessé de répandre depuis quinze ans des messages de paix profondément engagés. Une opération qui pourrait en lasser certains mais qui fut loin d’être le cas sur ce show de plus d’une heure.
Artiste intelligent, à la parole sincère et authentique, Talib Kweli a toujours su affirmer ses convictions sans être dominé par la haine. Avec son huitième et dernier album, Radio Silence, il lance un appel à l’espoir, incite à l’action contre la complaisance, la domination des politiques et le racisme. L’homme qui semblait s’être un peu éteint sur les dernières années et parvenu a renaître de ses cendres et la scène le sent ! A 43 ans, il gère avec assurance les changements d’ambiances et d’émotions, allant jusqu’à rendre hommage aux Beatles avec son Lonely People, le tout sans jamais oublier de prêcher la bonne parole. Car oui, au-delà du rappeur savant, Kweli est un porte parole passionné. Faisant brandir le poing à une salle comble, le moment est venu de s’engager solennellement. Un court message contre Trump et surtout un discours optimiste pour l’avenir, le double-jeu de l’artiste est pris au sérieux et ne tombe pas dans l’excès.
Loin d’être un produit commercial, il demeure un symbole fort de l’indépendance ainsi qu’un amateur du risque et des rimes ciselées qu’on ne se lasse pas d’écouter.

Lien d’écoute du dernier album : ici


Visuel : ©Talib Kweli

La magie joyeuse de « L’Envers du Music-Hall » d’après Colette à la Huchette
Perpignan sous le signe de la magie sonore et visuelle
Clara Bismuth
Rédactrice pour le magazine Toute La Culture depuis mars 2018, principalement dans les rubriques Musique et Cinéma.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *