Théâtre

La magie joyeuse de « L’Envers du Music-Hall » d’après Colette à la Huchette

La magie joyeuse de « L’Envers du Music-Hall » d’après Colette à la Huchette

28 novembre 2018 | PAR La Rédaction


Avec « L’Envers du Music-Hall », la talentueuse comédienne Hélène Hardouin et la musicienne Annabel de Courson nous invitent sur la scène menue de La Huchette, dans l’intimité passionnante des coulisses d’un music-Hall.

Par Aurélie Brunet

« Oh mon Dieu, j’ai l’air d’une actrice en tournée ! »
La comédienne Hélène Hardouin et la musicienne Annabel de Courson proposent une adaptation pétillante du roman de Colette, sous la forme d’un monologue musical élégant, drôle et émouvant à la fois. Les artistes et ceux qui les côtoient seront fascinés devant la modernité du propos, écrit pourtant il y a un peu plus d’un siècle.
Forte d’une carrière méconnue dans sa prime jeunesse de mime et danseuse au music-hall, l’écrivaine Colette fixa l’ambiance d’une troupe dans son roman paru en 1913. Elle tira de sa mémoire des portraits uniques gorgés d’humanité et de vie.

Un savoureux moment
Tout commence avec une simple petite boite à musique en bois, dont le mécanisme semble mettre en marche avec magie notre imaginaire. Sur scène, la comédienne et chanteuse Hélène Hardouin. Les yeux brillants devant sa malle à costumes. On imagine aisément l’enfant qu’elle fût. Joueuse, énergique et créative à coup sûr. Dans la peau de Colette, Hélène Hardouin incarne également avec malice tous les petits personnages dépeints par Colette : une caissière, une danseuse Russe, une enfant prodige, un acrobate… Elle manie avec brio l’art de raconter des histoires. Son visage très expressif et sa voix nuancée sont des armes redoutables pour captiver son public. Lorsqu’elle se met à chuchoter, les spectateurs sont suspendus à ses lèvres. « J’en avais les doigts assassinés d’agrafes ! » s’exclame l’artiste dans la peau de l’habilleuse. Le texte semble parfois bondir sur les planches tandis que le temps file à toute allure. Bientôt c’est le moment ou jamais pour la caissière de s’exprimer, celle dont on oublie le nom et dont on ne connait bien souvent « que le buste ». Un peu en retrait sur la scène, la partition musicale sur-mesure de la musicienne et compositrice Annabel de Courson rythme et colore le spectacle (bandonéon et petites percussions). « L’Envers du Music-Hall » est une création vibrante et tordante. La reprise de la chanson « Le tango stupéfiant » (de Marie Dubas), dans laquelle l’héroïne raconte avoir « fumé de l’eucalyptus », est un petit bijou.

Créé au Théâtre de La Huchette à Paris.

Interprétation/adaptation : Hélène Hardouin

Interprétation/musique : Annabel de Courson

Le spectacle « L’Envers du Music-Hall  » se jouera les 10, 11, 12 juillet 2019 au Théâtre de l’ Atelier Bleu, à Fontaines (89).

Pour en savoir plus :
https://helenehardouin.wixsite.com/music-hall-colette/spectacle

A voir d’urgence : le foutraque « Hamlet » de Jérémie Le Louët au Théâtre de Chatillon
Talib Kweli, rappeur-prêcheur au Trabendo
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *