Rap / Hip-Hop
Joysad : « Un premier album à 20 ans, ça me fait un peu peur » (Interview)

Joysad : « Un premier album à 20 ans, ça me fait un peu peur » (Interview)

21 septembre 2021 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Il n’a que 20 ans et s’impose déjà comme la nouvelle vague du rap français. Après son EP « Palindrome » en janvier dernier, Joysad se lance dans le grand bain avec son premier album de 16 titres, « Espace Temps ». Un projet dans lequel le rappeur s’est offert quelques collaborations avec entre autres, Heuss Lenfoiré et Fianso. Joysad s’est confié à Toute la culture sur son premier opus disponible depuis le 10 septembre. 

Toute la culture : Vous sortez votre premier album à seulement 20 ans, qu’est-ce que cela vous fait ? 

Joysad : Ça me fait un peu peur parce que je n’arrive pas dans n’importe quel milieu. Mais en même temps, j’arrive sûr de moi car je suis persuadé que c’est un bon album. J’espère d’ailleurs qu’il sera bien reçu. 

Ce titre « Espace Temps », ça évoque quoi pour vous ? 

Ce sont deux notions auxquelles je ne m’intéressais pas trop étant plus jeune. Je n’étais pas doué en maths. Je me suis rendu compte que le seul endroit où l’espace-temps était distendu, c’est dans un trou noir. C’est d’ailleurs le titre de mon court-métrage en lien avec l’album. Je trouvais intéressant de parler d’un endroit où il n’y a plus de notion d’espace, plus de notion du temps ou très peu. J’ai trouvé que ça me ressemblait bien. 

L’album s’ouvre avec le titre « C’est la guerre » où vous évoquez votre famille. Quels sont les rapports que vous entretenez avec celle-ci ? 

J’ai une très très grande famille. On est plus de cent personnes. Je les vois tous très souvent. On arrive toujours à se réunir. Ce qui n’est pas le cas dans beaucoup de famille. Je connais tous mes oncles, tous mes cousins. J’ai l’habitude de voir des proches partir. C’est ce qui me donne une relation assez particulière avec la mort. La chanson « C’est la guerre » était une façon de dire que c’est dans nos familles qu’il se passe ça. 

Qui est ce fameux « Diego » que vous évoquez dans la cinquième chanson de l’album ? 

C’est une histoire vraie que j’ai trouvée sur Internet. Je l’ai mise à ma sauce. J’avais envie de faire un storytelling. Je trouvais le son très US. 

Dans cet album, vous vous essayez à des genres plus mélancoliques et plus entraînants comme « Check check »…

Oui c’était mon défi. En plus, j’ai fait ce titre avant de trouver la thématique de l’album. J’avais envie de faire un son dansant pour apporter un peu de couleur dans cet album assez sombre. 

Dans cet album, on retrouve quelques collaborations notamment avec Heuss Lenfoiré dans « Vie d’malade », Tsew The Kid dans « Tout quitter », Fianso dans « Tous les coups sont permis » et aussi la jeune chanteuse Waybery dans « Il avait les mots ». Comment se sont passées ces collaborations ? 

Tout s’est passé très simplement. Je pensais que ce serait plus difficile que ça de collaborer avec des artistes. Et en fait non, car tous ces artistes l’ont fait avec le cœur. Tsew The Kid, je le connaissais depuis très longtemps. Fianso, c’est carrément lui qui a appelé ma maison de disques pour me rencontrer. Heuss Lenfoiré, je lui ai envoyé un message sur Instagram et on s’est rencontré. 

D’où vous est venue l’idée à vous et Waybery de reprendre cette chanson de Sheryfa Luna ? 

Waybery n’était pas au courant. Je l’ai invité au studio dans l’inconnue. C’est son manager et moi qui avons eu l’idée de reprendre cette chanson qui n’a quasiment jamais été reprise en quinze ans. 

Est-ce que par hasard Sheryfa Luna est au courant de cette reprise ? 

Je pense que oui. On en a parlé à l’un de ses producteurs. 

Après un EP et un album la même année, qu’espérez-vous d’ores et déjà pour 2022 ? 

J’espère représenter mon album sur scène, revenir au studio et faire un autre projet. Je pense avoir compris où je vais. On fonce en réfléchissant et on garde toujours la même détermination ! 

Visuels : Because Music. 

Joysad, Espace Temps(16 titres)=1. C’est la guerre, 2. Condamné, 3. Tout quitter (feat. Tsew The Kid), 4. Marie Marie, 5. Diego, 6. Air force, 7. Tous les coups sont permis (feat. Sofiane), 8. Vrai bandit, 9. Check check, 10. Vie d’malade (feat. Heuss Lenfoiré), 11. Il avait les mots (feat. Waybery), 12. Oh ma belle, 13. Loin de là, 14. Sans repère, 15. Mostaganem, 16. Espace temps. 

I was sitting… la transmission pour archives de l’iconique duo Wilson/Childs au Théâtre de la Ville
Clarinette, alto et piano : Un trio inédit, Au festival de l’Orangerie à Sceaux
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture