Rap / Hip-Hop

Baam festival : la musique pour parler de politiques migratoires

Baam festival : la musique pour parler de politiques migratoires

17 septembre 2019 | PAR Mathieu Michel

L’association Baam migrants organisait son premier festival samedi 7 septembre aux Docks de Paris. L’occasion de débattre sur fond artistique avec une line-up plus qu’alléchante !

Samedi 7 septembre 2019, aux Docks de Paris, avait lieu la première édition du Baam festival, un événement organisé par une association d’aide aux migrants. Celui-ci se voulait 100 % bénévole et indépendant puisque le Baam a fait le choix politique de ne solliciter aucune subvention des pouvoirs publics, desquels ils dénoncent notamment les politiques migratoires. Les fonds récoltés serviront à financer les actions de l’association.

Le message du festival était clair : « que les populations coexistent pour mettre un terme à l’apartheid social ». Héloïse Mary, présidente de l’association, avance que « faire la fête c’est politique, et d’autant plus avec des migrants, qui sont les premiers invisibles de nos relations». C’est pourquoi 700 des 5000 places leur avaient été réservées. En plus des thématiques migratoires, l’association souhaitait mettre en lumière d’autres populations discriminées comme la communauté LGBTQI, l’albinisme et le féminisme… En deux mots : les oppressés du quotidien. La présidente soutient que « défendre les droits des migrants, c’est défendre nos droits à tous. La migration est le laboratoire où l’État expérimente ses processus. »

Des stands étaient installés autour des 3 scènes des Docks : pôles juridique, LGBTQI, football ou encore des ventes de street food cuisinée par Kabul Kitchen. Des débats sur les thématiques migratoires se tenaient, animées par des femmes chercheuses « qu’on entend très peu dans un domaine universitaire souvent placé sous la domination masculine », précise Mme Mary.

Côté musique, le Baam migrants affichait une programmation digne des plus grands festivals français, bien que chaque artiste se produisait de façon non-lucrative. L’association collabore avec Nekfeu depuis sa création en 2015. C’est donc naturellement qu’il parrainait cette première édition. Son influence a sans doute pesé pour convaincre d’autres artistes de se joindre à la fête. De 14h à 6h du matin, les artistes s’enchaînaient sur les trois scènes du Baam. Youssoupha puis Billet d’humeur ont fait danser les festivaliers. Oxmo Puccino alternait entre ses classiques d’antan et son album fraîchement sorti, La nuit du réveil. « Tonton » Rim’K est venu chauffer à blanc le public de la scène Justice au rythme de Air Max, Fous la Merde ou encore Pour ceux, devant les pogos généralisés des fans. Puis Nekfeu, artiste phare de la soirée, a fait honneur à sa réputation de bête de scène. Accompagné du S-Crew et d’une partie de L’Entourage, ils ont retourné le public du Baam comme il se doit, avant que Roméo Elvis et Kalash Criminel ne concluent en beauté la programmation hip-hop. Puis l’électro a pris pour place pour résonner jusqu’au bout de la nuit avec notamment le set de The Blaze.

Certains couacs viennent nuancer quelque peu la soirée puisque des artistes programmés tels que Dosseh ou Dinos n’ont pu performer, à cause de problèmes d’organisation. Également, certains festivaliers n’ont pu assister aux concerts de leurs choix pour raison de restrictions… ce qui laisse une marge de progression pour les éditions futures !

Pour soutenir l’association, vous pouvez y adhérer en cotisant à hauteur de 5€ ou même donner votre temps, quelques soient vos compétences. « De toute façon on n’apprend très peu le droit des étrangers dans les universités », souligne Heloïse Mary, juriste. Vous apprendrez donc sur le tas comme le millier de bénévoles qui se mobilise à l’année pour gérer (entre autres) les 3 permanences hebdomadaires juridiques et sociales.

 

© Les photographies ont été capturées par Laure Playoust.

Infos pratiques

Peindre les Jeux, peindre les métropoles, peindre sa vision du monde
L’Agenda national des Journées du Patrimoine 2019 !
Mathieu Michel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *