Musique

Radiohead sort des limbes ou se fait oublier ?

10 avril 2011 | PAR Anais Tridon

 

 Retour sur The King of Limbs, dernier album de Radiohead, sorti le 28 mars dans les bacs et le 18 février en digital…

 

4 ans après In Rainbows, Radiohead surprend encore ses fans en proposant The King of limbs, huitième album, directement sur le web avant même sa publication en version CD. Mieux : le groupe a ouvert les téléchargements avec 24 heures d’avance (le 18 février 2011), afin de créer un buzz sur la toile… Pari réussi. Mais le nouvel album des Anglais est-il à la hauteur du buzz qu’il a produit ?

Difficile à dire, il aura fallu du temps pour décrypter, analyser et apprécier The King of Limbs S’inscrivant incontestablement dans la lignée de son prédécesseur, In Rainbows, ce nouvel album part à la recherche de mélodies et de sons innovants, rythmés, et se situe à la frontière du rock et de l’électronique. Très court, ce nouvel album contient huit titres ; seulement 37 minutes à savourer mais il n’en est pas pour autant dépourvu de qualités. Au premier abord, il apparaît quelque peu brouillon et incohérent, mais, passé deux ou trois écoutes, les rythmes persistants laissent apparaitre des mélodies intenses et planantes.

« Bloom », l’ouverture, annonce la couleur : un son hypnotisant et pénétrant soutenant la puissante voix de Thom Yorke. Laissons-nous emporter par la très jolie ballade au piano « Codex » et surprendre par «Lotus Flower », qui s’impose comme un nouveau tube atypique, aux résonances trip-hop. De leur côté, « Morning Mr. Magpie » et « Little By Little » rappellent  l’incontournable Kid A… Puis le disque s’achève avec le calme et paisible « Separator ».

De quoi pardonner les quelques égarements moins transcendants (et parfois presque ennuyeux) de ce King of Limbs (« Feral », notamment). Bien loin des sons énergiques et entraînants des premiers albums, Radiohead continue néanmoins de séduire et d’étonner en jouant sur les effets, les accords ouverts, les mélanges de genre et les mélodies intenses. Le groupe revient par surprise en se révélant audacieux et transporte l’auditeur dans un univers sonore à la fois original et intrigant.

 

Fip lance sa Sélection
Rencontre amoureuse à suspense sur fond bruxellois pour Comme des larmes sous la pluie de Véronique Biefnot
Anais Tridon

One thought on “Radiohead sort des limbes ou se fait oublier ?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *