Pop / Rock

« Wings Over America » et « Rockshow », le choc Paul Mac Cartney

« Wings Over America » et « Rockshow », le choc Paul Mac Cartney

21 juillet 2013 | PAR Jean-Christophe Mary

Le rock’n’roll est une drogue dure dont on ne décroche pas facilement. Prenez Paul Mac Cartney. A cette période de la vie où tant d’hommes goûtent à une retraite bien méritée, ce senior du pop rock britannique occupe la scène médiatique avec une forme et une vitalité étonnante.

Le succès de son album « Chaos an Creation in The Backyard » sorti en 2005 (parmi les meilleurs de sa carrière !) et ses derniers shows donnés à Bercy en 2009 et 2011 l’attestent haut la main. Depuis sa première scène avec les Beatles ( en août196O à Hambourg), Paul Mac Cartney a créé la « bande-son » des années des 60’s et des 70’s, aussi en solo qu’avec les Wings.

D’ailleurs qui mieux que lui encore aujourd’hui représente le mieux la musique pop rock de cette époque bénie ? Plus de 40 albums enregistrés, des centaines de millions de copies écoulées, on ne compte plus les tubes qui ont bercé la vie de milliards de terriens en 50 ans de carrière. Alors que le catalogue des Beatles et ses albums solos sont périodiquement réédités, revenons un instant sur ces deux sorties enregistrées sur la tournée américaine des Wings. Dans l’entourage de Paul MC Cartney, 1976 est une année critique. Si l’album « Band on the Run » sorti en 1973 connaît un beau succès critique et commercial, les deux suivants « Venus and Mars » et « Wings At The Speed Of Sound » ne connaîtront pas le même engouement. Pour aller de l’avant et repartir sur de nouvelles bases, rien de mieux que prendre la route. 1976 est donc une année passée à sillonner les quatre coins du monde, dans le feu des projecteurs, acclamé par des milliers de fans dont sont tirés ces deux objets. Du bruit et de la fureur scandées par les émeutes à l’entrée des concerts, les drames personnels (les relations entre Paul et les autres Beatles sont à couteaux tirés). Cette époque marque aussi un tournant musical : il vient d’enregistrer coup sur coup deux albums « Venus and Mars » 1975 et « Wings At The Speed Of Sound» 1976. Deux albums respectables, mais qui à l’époque seront descendus en flèche par les critiques.

Et pourtant le triple album « Wings Over America « et le film « Rockshow « (sorti en salle et en cassette VHS) connaîtront un énorme succès commercial. Jamais un album ou un DVD n’auront rassemblé autant de tubes à la fois. Cerise sur le gâteau, McCartney chante à nouveau les titres des Beatles (Lady Madonna, The Long and Winding Road, I’ve Just Seen a Face, Blackbird, Yesterday). Avec les Wings, Paul MacCartney a su s’entourer de la crème des musiciens de l’époque: l’ex Moody Blues Denny Laine (guitares), Jimmy McCulloch (guitares), Joe English (batterie), sa compagne Linda McCartney (claviers ) une section de cuivres, trombone, trompette, saxo et lui à la basse passant tour à tour à la guitare au piano et aux claviers. Que ce soit sur la version DVD ou sur l’album tout sonne brut, carré et efficace. Ici tout est rock les arrangements sonnant résolument modernes : les ambiances soniques les claviers, les guitares gonflées rock et les voix  poussées à fond dans les aiguës.

Replacé dans le contexte de l’époque, ce pop rock d’un autre temps fait un peu figure d’ovni dans le paysage audio où la mode est alors au pub rock et au punk naissant. Ce DVD et double album donnent une bonne photo sonore de ce qu’est Paul Cartney au milieu des 70’s avec des versions particulièrement musclées de « Live an Let Die », « Magneto an Titanium man», « Time To Hide », «Beware My Love » où ce flamboyant « Band On The Run ». Trente sept ans se sont écoulés et aujourd’hui ces titres n’ont pas pris une seule ride. Avec le recul, on se dit que c’est une partie de l’histoire du rock qui défile là entre nos oreilles.

Jean Christophe Mary

Venus and Mars/Rock Show / Jet
Let Me Roll It
Spirits of Ancient Egypt
Medicine Jar (Jimmy McCulloch, Colin Allen)
Maybe I’m Amazed
Call Me Back Again –
Lady Madonna (Lennon, McCartney)
The Long and Winding Road (Lennon, McCartney)
Live and Let Die
Picasso’s Last Words (Drink to Me)
Richard Cory (Paul Simon)
Bluebird
I’ve Just Seen a Face (Lennon, McCartney)
Blackbird (Lennon, McCartney)
Yesterday (Lennon, McCartney)
You Gave Me the Answer
Magneto and Titanuim Man
Go Now (Larry Banks, Milton Bennett)
My Love
Listen to What the Man Said
Let ‘Em In
Time to Hide (Denny Laine)
Silly Love Songs
Beware My Love
Letting Go
Band on the Run
Hi, Hi, Hi
Soily

[Critique] « Pacific Rim » : Guillermo del Toro échoue à faire sien un blockbuster entre Godzilla et Transformers
Glee endeuillée
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *