Pop / Rock

[Report] Les Pixies en grande forme pour un concert intense et sans concessions

[Report] Les Pixies en grande forme pour un concert intense et sans concessions

24 novembre 2016 | PAR Mathieu Dochtermann

Les Pixies ont repris la route pour leur tournée Head Carrier, qui suit la sortie de l’album éponyme. En passage au Zénith de Paris le 23 novembre, ils livrent un show d’une précision chirurgicale, avec une énergie démente et un je-ne-sait-quoi je-m’en-foutiste très rock’n’roll. Loin d’un tiédasse « concert best-of », un beau moment de musique live.

[rating=5]

Aller voir un concert des Pixies en 2016? « N’est-ce pas prendre le train avec 15 ans (au moins) de retard? », se demanderait-on si on avait l’esprit chagrin. Pour qui a assisté au concert du 23 novembre au Zénith de Paris, la réponse ne fait pas le moindre doute: peu importe le supposé retard, un concert des Pixies, en 2016, c’est un grand moment de plaisir, une bonne tranche de rock bien brûlant servie avec efficacité par un groupe qui échappe miraculeusement à la tiédeur routinière qui s’empare facilement des formations ayant de la bouteille (les Pixies furent formés en 1986… ça fait un bail, tout de même!).

Côté musique, première moitié de concert toute en précision, la salle étant brutalement tirée de sa torpeur par un Where Is My Mind d’anthologie tiré sans sommation. S’ensuit une ribambelle de chansons choisies parmi les plus mélodiques du groupe, Frank Black accroché à sa guitare folk électrique, le groupe rivalisant d’habileté dans l’interprétation de morceaux dont on a peine à croire qu’ils sont joués en live tant la moindre note est juste. Après 40 minutes jouissives mais sages, les fauves sont lâchés sur Rock Music, Frank Black change de guitare comme de cordes vocales, et le Zénith tremble alors que la fosse commence enfin à s’agiter un peu. La setlist est efficace: outre cet équilibre mélodique/grunge, les hits du groupe sont astucieusement répartis au long du set (seul Gigantic manque à l’appel), toutes les périodes du groupe sont bien représentées, et les nouveaux morceaux marchent aussi bien qu’on l’avait pressenti (Oona et Tenement Song très bien, Baal’s Back monstrueux).

Côté ambiance, la foule de trentenaire à peine sortie du travail a été difficile à réveiller, et qu’elle ne s’est vraiment emballée que sur les hits. Il faut dire que le concert ne cherchait pas la fantaisie: les morceaux étaient imparables mais le jeu de scène et la prise de risque minimales. Le choix avait été fait d’une ambiance peu tapageuse, avec un éclairage très réussi mais très intimiste, le seul éclairage face étant procuré par des rampes au pied des musiciens, posées entre les retours: souvent les membres du groupe n’étaient que des silhouettes se découpant sur la lumière des 12 projecteurs placés en fond de scène. Ce qui n’a pas empêché de sortir les grands moyens sur le deuxième rappel, en créant un immense nuage de fumée éclairé en blanc pendant Into the White, la voix de Paz Lenchantin flottant, irréelle, au-dessus d’un Zénith transfiguré.

En conclusion, un concert qui a enchanté les vieux ados, mais qui aurait tout aussi bien pu conquérir de nouvelles oreilles. Dommage, tout de même, que l’interaction avec la salle soit minimale: le groupe n’aura pas adressé un mot à son public de tout le concert.

La tournée européenne se poursuit avec encore de nombreuses dates.

 

Visuels: (C) Travis Shinn et Mathieu Dochtermann

« MA MÈRE M’A FAIT LES POUSSIÈRES » Création des Théâtrales Charles Dullin
Agnes Obel au casino de Paris, perfection et minimalisme
Mathieu Dochtermann
Passionné de spectacle vivant, sous toutes ses formes, des théâtres de marionnettes en particulier, du cirque et des arts de la rue également, et du théâtre de comédiens encore, malgré tout. Pratique le clown, un peu, le conte, encore plus, le théâtre, toujours, le rire, souvent. Critère central d'un bon spectacle: celui qui émeut, qui touche la chose sensible au fond de la poitrine. Le reste, c'est du bavardage. Facebook: https://www.facebook.com/matdochtermann

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *