Pop / Rock

Johnny Mafia Release Party : un des concerts les plus chauds de l’année

Johnny Mafia Release Party : un des concerts les plus chauds de l’année

03 décembre 2018 | PAR Pierre Poughon

Vendredi, c’était le genre de concert où y être était une nécessité. C’était pas forcément prévu, mais le Line up composé de ces trois groupes français (Blue Orchid, Black Boys on Moped et Johnny Mafia) était clairement un ovni à l’image de cette scène française, incroyable.

Dans une Maroquinerie remplie, prête à en découdre, s’avance deux jeunes adultes. Blue Orchid, groupe de Clamsy, inconnu pour la plupart (un seul EP à leur actif), débarque. Un batteur, un guitariste/chanteur. Sans une once de timidité, une assurance à l’épreuve d’un public pas forcément encore chaud, le duo débarque avec ses riffs garage punk, sa batterie classique mais ravageuse et de l’énergie pure. En moins de temps qu’il le faut pour le dire, le public se rapproche, comme intrigué par la découverte d’un bijou. Logiquement, les plus téméraires font jeu de leurs épaules. Rarement une première partie n’aura été aussi efficace. Hâte de voir ce dont ils sont capable durant un plus long set.

 

Suivis de près par Black Boys on Moped, les rennais s’installent pour continuer l’effort de leur jeunes prédécesseurs. Les deux récents papas (encore un batteur et un chanteur/guitariste) maîtrise la situation. Accompagnés par la voix atypique du chanteur, un vrai tueur, les riffs garage, avec la pointe psyché qui fait la signature du groupe s’enchaînent. Dans une Maroquinerie de plus en plus pleine, et de plus en plus réceptive, le duo assure. Avec maintenant un LP à leur actif, le show est complet et totalement à l’image du groupe, puissante, énergique, avec quelque touches psyché, et l’envie de les écouter à n’en plus finir.

Mais, il fallait bien que les rois de la soirée arrivent. C’est tout de même leur Release Party. Le quatuor de Sens (CAPITALE DU MONDE) monte sur scène pour en imposer. Venus pour présenter, mais surtout fêter, la sortie de leur deuxième album, Les Princes de l’Amour, les voilà s’avancer devant une audience prête à en découdre.
Johnny Mafia, c’est quatres jeunes potes avec pour maître mot l’envie de profiter de chaque seconde sur scène. D’en donner son maximum. Avec toujours cette touche d’humour qui est devenue leur signature, les chansons s’enchaînent. Entre désormais classiques du premier album et futurs classiques du second, la foule s’emmêle en pogos ravageurs, slams et l’envie presque vitale de crier chaque mo, chaque syllabe.
Ce qui est effarant avec ce groupe, c’est qu’avec moins de dix mots, ils arrivent à créer des hymnes. C’est plus ou moins la signature deleir premier album.
Dans ce second opus, l’histoire se répète et confirme la place de Johnny Mafia dans une scène française en pleine expansion. Ces gars-là sont à suivre de très près.
Par extension, ce groupe, en live, est une tuerie. Et les voir devrait être une nécessité pour tout amateur de garage. Leur vraie maison se trouve sur scène pour donner au public ce dont ils ont cruellement besoin, l’envie de tout retourner, le temps d’une soirée.

Etienne Daho à l’Olympia : Une messe noire électrique et tendue et de réels moments de grâce
Pupille, l’émotion cinématographique de cette fin d’année 2018
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *