Electro
Garorock, jour 2 : rétrospective

Garorock, jour 2 : rétrospective

06 juillet 2022 | PAR Capucine De Montaudry

La deuxième journée de Garorock, c’était une succession de styles plus variés les uns que les autres pour des concerts mémorables. Entre Roméo Elvis, Green Day ou encore Laylow, chacun pouvait retrouver ses musiques préférées sur l’une des scènes du festival. Jusqu’au bout de la nuit, les plus grands fêtards pouvaient danser avec Gimme Sound et Amplitudes. 

Odezenne : quand la douceur fait danser

Souvent tristes et pathétiques, les chansons d’Odezenne ont émerveillé le public. Les mots sont crus, vulgaires, mais ses textes d’une immense poésie, sur des nappes sonores qu’on ne voudrait jamais entendre s’arrêter. Le public entier mêle sa voix à la sienne sur Hardcore et ses chansons les plus célèbres. Cette année, il a donné à Garorock une heure de douceur avec des rythmes très dansants qui appelaient à s’évader. 

Green Day, les rockstars que tous attendaient 

Green Day, tout le monde les connaît depuis des années. Leur présence à Garorock était une ovation à l’un des plus grands groupes de rock punk, auteurs d’American IdiotHolidays ou encore Boulevard of Broken Dreams. Ils nous ont comblés avec leurs titres les plus célèbres et un show total. Entre jets de flammes, feux d’artifices, multiples effets lumineux, tous les moyens étaient mobilisés. L’une des spectatrice a même été invitée à monter jouer de la guitare sur scène. En fond, des vidéos un peu kitsch, pour un effet très rock’n’roll. Green Day, c’est encore un concert épique et une énergie de folie qui met le public en extase. 

 

Roméo Elvis 

Une arrivée foudroyante, dans un roulement de percussions et une explosion de lumière. De toute évidence, les scandales qui accompagnent le chanteur ne l’ont pas empêché de mettre le feu à la foule. Encore un immense showman qui a régalé ses fans avec ses chansons les plus célèbres : SoleilDrôle de questionJ’ai vu… Il fait chanter, il fait planer, il se met torse nu sur scène aussi. Roméo Elvis séduit totalement son public par sa sensibilité et son amour de la scène. Il danse tout en chantant et sait très bien nous partager ses émotions. 

Panda Dub

La musique de Panda Dub, elle se voit en même temps qu’elle s’écoute. Le beatmaker, qui compte maintenant sept albums, n’a pas ménagé les effets lumineux épileptiques : les faisceaux blancs n’en finissaient plus de strier l’air sur les rythmiques et les amplitudes électriques de ses musiques. Un mix d’électro, de techno et de dub pour un spectacle en noir en blanc qui nous emmenait dans les régions les plus abstraites de la musique. Il mérite largement sa réputation de plus grand musicien indépendant. 

Visuel : affiche du festival Garorock. 

La polémique Sylvie Germain
L’agenda cinéma de la semaine du 6 juillet
Capucine De Montaudry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture