Pop / Rock

Festival de Beauregard : plusieurs générations d’hommes sous le soleil de Normandie

Festival de Beauregard : plusieurs générations d’hommes sous le soleil de Normandie

08 juillet 2018 | PAR La Rédaction

Toute La Culture était en Normandie, à Beauregard, pour suivre un samedi 8 juillet de musique en plein air par beau temps. Au coeur de cette programmation du 10e anniversaire : plusieurs générations avec du charisme et de la générosité.

Eddy de Preto
Il est né à Créteil, il a 25 ans, il est la nouvelle star tant attendue à Beauregard. Avec son look « banlieue » bien à lui, ce qu’il chante sort de ses tripes, c’est son histoire. Acteur de théâtre, il se concentre sur la musique, et comme Beckett ou Joël Pommerat, il tient à une mise en scène minimaliste pour être plus « percutant ». C’est noir mais poétique, c’est parlé mais musical. Et s’il a baigné dans le rap à Créteil, le sien n’en est pas vraiment un. On aime son rythme, sa personnalité entière, son anticonformisme. Il a conquis le public transgénérationnel de Beauregard, et serait bien revenu pour un rappel mais le timing ici est très réglementé…

Pour lire notre interview, c’est ici. 

Julien Clerc
Il a la classe et il est toujours aussi attachant. comme ses chansons, il vieillit bien. Ses jolis mots, sa mélodie, jeunes et moins jeunes l’apprécient toujours autant, il est généreux, nous emporte dans sa musique qui célèbre l’amour et les femmes, le rock, la vie…

Pour lire notre live-report du concert à l’Olympia, c’est là.

Nekfeu
C’est incontestablement La star de cette soirée, peut-être même de ce festival. Nekfeu est une bête de scène, une bête de rap, et le public, plutôt jeune cette fois, est totalement fan, totalement accro, connaît toutes les chansons, toutes les paroles, et ça va vite. Nekfeu, tu respires quand ? Il est fort, Nekfeu, il nous enflamme, il nous transporte, nous fait faire des pogos dans tous les sens, c’est la communion d’un rappeur et d’une génération à qui il a tant de choses à dire. c’est riche de mots, de jeux de mots, d’expressions. Comme Eddy de Preto, il vient de la banlieue défavorisée, il a souffert. Son rap, c’est sa colère, c est noir, c’est violent mais c’est aussi plein de sensibilité. Il a des valeurs, Nekfeu, il défend des causes. Une star généreuse, qui a fait venir ses « frères » habillés comme lui, chanter avec lui.

Ce samedi, l’on pouvait aussi voir Simple Minds et The Offspring qui ont laissé un petit peu de fumée mélancolique sur le soleil pur et les talents très masculins de cette journée musicale en Normandie.

Joëlle Bringer Le Touzet

Visuel : logo des 10 ans du festival

Infos pratiques

« La reprise / Histoire(s) du théâtre (I) », Milo Rau dépasse la fiction au festival d’Avignon
Jazz à Vienne présente la jeune garde
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *