Pop / Rock
[Chronique] « Strut » : l’overdose de slow de Lenny Kravitz

[Chronique] « Strut » : l’overdose de slow de Lenny Kravitz

22 septembre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Strut est le dixième album studio de Lenny Kravitz. Le chanteur, batteur et guitariste y fait glisser tous ses tourments amoureux sans jamais convaincre

[rating=2]

Strut Lenny Kravitz

Lenny Kravitz est l’une des stars incontournables des années 90. Auteur de tubes tels que « Let Love Rule » (1989), « I belong to you » (1998), ou encore « Always on the Run » sur l’album iconique Mama Said (1991). Il avait un peu disparu de la scène ces dernières années, son dernier album Black And White America remonte à 2011.

Il revient donc le 22 septembre avec Strut, en français « se pavaner ». Malheureusement, l’opus glisse sans accrocher sur les guitares qui ont de la peine à saturer et qui fondent surtout en collé-serré avec la batterie dans pas mal de titres. Mais, pris dans le détail, les morceaux regorgent de qualités. Coup de cœur même pour le dansant « New York City » qui additionne basse+guitare +voix. 5. “The Pleasure and the Pain” , un slow un peu oldies séduit aussi car en slow qui tue, l’ami Lenny sait faire (souvenez-vous de « Stand by my Woman » de 1991), là, ça marche de folie, le titre est très efficace.

Mais cela ne suffit pas. Un morceau comme « Frankenstein » n’a rien d’effrayant même s’il offre de la rondeur et de la couleur en osant mêler le gospel et la country, ne reste pas. Idem pour un autre slow amoureux déçu, « She’s a Beast » à qui la guitare sèche ne donne pas un cachet particulier.

On est loin ici de la force rock que maîtrisait Kravitz il y a bientôt 25 ans. Strut est un disque nostalgique qui semble courir après le temps et l’amour, thème principal de cet album. Il ouvre avec « sex » et clôt avec « “Ooo Baby Baby”, tout un programme qui n’est pas respecté.

Lenny Kravitz, Strut, 2014, Roxie Records / Kobalts label Services

Visuel : (c) pochette de Strut de Lenny Kravitz

[Chronique] « This Is All Yours » : le retour grandiose d’Alt-J
« Je ne me souviens plus très bien » : au pays de Watkins, un monde inspiré mais trop de concepts
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture