Pop / Rock
[Chronique] BANKS, « Goddess »

[Chronique] BANKS, « Goddess »

07 octobre 2014 | PAR Jean-Christophe Mary

Mélodies ciselées, voix haut perchée la jeune californienne produit dans sa cuisine intérieure, une electro pop R&B aux ambiances épurées absolument envoûtantes. D’entrée, « Alibi » nous entraîne dans une autre époque, celle des 80’s avec ces voix aussi alambiquées que synthétiques, ces boites à rythmes saccadés ou bien ces tempos lents, pesants qui nous emmènent hors du temps .

[rating=3]


Sur « Goddess » elle nous attire doucement vers une pop R&B plus moderne avec des superpositions de chœurs, et de voix leads savamment alambiquées. La fièvre monte d’un cran avec « Brain » ses boucles electro drapées de noirceur venimeuse, cette rythmique ensorceleuse qui semble tourner en boucle comme un vinyle rayé. Puis « « nous renvoie en surface pour une bonne bouffée d’oxygène avec « This Is What It Feels Like » aux atmosphères planantes et aériennes avant la montée finale tout en apesanteur. Véritable tube en puissance, «You Should Know Where I’m Coming From » est un titre dépouillé des autres effets sonores, un titre entêtant dont  on ne se lasse pas et qui s’écoute en boucle. La suite est une plongée dans l’univers electro dance passé à la moulinette des 90’s. Entourée de ses talentueux producteurs( Lil Silva,Jamie Woon ou de l’excellent producteur electro pop
Sohn), cette magnifique brune à la beauté fatale marie avec talent ses influences pop et electro singulières pour fabriquer une bande son aux atmosphères froides et glissantes. Construite avec intelligence, la musique de Banks prend le parti du son aux riches couleurs du plaisir comme le témoigne le vibrant « Stick » qui plaira autant aux fans de Kate Bush, Tori Amos que de Fiona Apple. Saluons donc ce premier album R&B pop de très bonne tenue aux titres accrocheurs et festifs dotés par moments de petits brins de folie et belles envolées lyriques. Avec en prime ce petit côté mystique, théâtral et new-age. Les fans de Kate Bush, Grace Slick ou Tori Amos se précipitent.

Alibi
Goddess
Waiting Game
Brain
This Is What It Feels Like
You Should Know Where I’m Coming From
Stick
F**k Em Only We Know
Drowning
Beggin For Thread
Change
Someone New
Warm Water
Under the Table
And I Drove You Crazy
Fall Over
Before I Ever Met You
Bedroom Wall

« On ne badine pas avec l’amour » au théâtre Le Lucernaire
80 nazis susceptibles d’être toujours en vie : le Centre Simon-Wiesenthal divulgue les noms
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture