Musique
[Interview] « Le Colors Music Estival : fédérer les publics dans la convivialité et la bonne humeur »

[Interview] « Le Colors Music Estival : fédérer les publics dans la convivialité et la bonne humeur »

09 juillet 2014 | PAR Bastien Stisi

Depuis 2009, le Colors Music Estival propose tous les étés d’humecter son Nouveau Casino dans des couleurs et des sons de saison, livrant un line-up calfeutré entre techno, indie pop, metal, R&B et électro arty, à l’image de ce que la place de la rue d’Oberkampf propose le reste de la saison. Habillé cette année par l’artiste Mac Shift, le Colors Music Estival court jusqu’au 31 août, et est évoqué à nos côtés par son programmateur Benoit Maume :

Quelles différences notables peut-on voir entre la première édition du Colors Music Estival de 2009 et cette édition 2014 ?

Benoit Maume : Colors Music Estival a grandi, a évolué, et présente chaque année une thématique différente. La première année, pour lancer le festival et installer légitimement son nom,  Colors Music Estival créait une installation spécifique qui transformait le Nouveau Casino en véritable kaléidoscope de couleurs. Cette année, le festival invite le public à rentrer dans ses propres souvenirs, et propose une exposition onirique proposée par l’artiste Mac Shift, qui représente certains artistes phares qui se sont déjà produit au Nouveau Casino et qui ont participé de l’histoire et de la reconnaissance de la salle : Sonic Youth, Lana Del Rey, en passant par Busy P ou Moderat…

Comment parvient-on à mettre en place de la plus cohérente des manières une programmation qui revendique la couleur et les sensations estivales ?

B. M. : Du metal à la techno, nous tâchons de représenter toutes les esthétiques musicales, afin qu’il y’en ait pour tous les goûts. Chacun son style, chacun sa manière de faire la teuf : on s’applique à fédérer les publics dans la convivialité et la bonne humeur autour d’artistes-phares ou de découvertes en passe de devenir de nouvelles références.

On a la sensation que d’année en année  la programmation de Colors devient de plus en plus indépendante…

B. M. : La programmation de Colors est relativement différente de ce que peut être celle des événements majeurs et des fesitvals de l’été. On s’attache à accueillir des artistes rares qu’on ne voit pas si souvent,  qui ne sont pas toujours dans le cadre d’une actualité liée au disque.

Quels noms êtes-vous particulièrement  fiers d’avoir pu obtenir cette année ?

B. M. : L’événement ce sont les deux dates exceptionnelles de Banks, star montante du rnb qui a su s’entourer des meilleurs producteurs electro du moment : Shlohmo, Jamie Woon, TEED, Sohn.

Nous sommes aussi très contents d’accueillir des pointures du rap NY comme Raekwon ou le collectif Boot Camp Clik qui ont marqué l’histoire du hip-hop de leur patte, ainsi que Buzz Osborne, chanteur/guitariste des mythiques Melvins et Fantomas.

Sur la partie clubbing, on s’attache à présenter aux étrangers qui viennent à Paris, mais aussi aux Parisiens eux-mêmes, la grande richesse et la diversité de la scène parisienne :  on y trouvera aussi bien de l’electro, du funk ou du hip-hop avec Manaré, Erik Rug ou Soulist

Cette édition 2014 du Colors Music Estival se fait aussi mémorielle, puisque le public sera invité à découvrir dans le hall d’entée du Nouveau Casino le travail de MacShift, qui revient sur les grandes figures ayant marquées les différentes éditions du festival…

B. M. : Oui, cette année le thème c’est « A summer to remember ». Quand vous entrez,  vous assistez à l’expo de Mac Shift, dont les œuvres graphiques nous accompagnent depuis près de deux ans. Il a dessiné certains des artistes qui ont marqué l’histoire du Nouveau Casino. Ainsi on plonge dans nos souvenirs, on se remémore les moments particuliers qu’on a tous pu vivre dans l’intimité de cette petite salle. L’été à Paris se prête particulièrement à cette douce nostalgie, il y a une atmosphère étrange avec les rues qui se vident, et puis c’est la saison des flirts et des cartes postales. Mais rien n’arrête cette machine à fabriquer des souvenirs qu’est une salle comme la nôtre. Un concert, c’est une unité de temps et de lieu.

Au-delà, il n’y a que notre mémoire qui nous permette de revivre ces instants et ces expériences uniques. Ces dessins sont donc une manière d’exprimer la mémoire de la salle… Et puis c’est aussi l’occasion de se rappeler que certains des artistes qu’on a pu voir ici il y a déjà quelques années, devant moins de 400 personnes, ont depuis pris leur envol : M.I.A est passée en 2004, Metronomy en 2008… Qui sait quel talent on va découvrir en entrant ici, et quelle expérience on va en tirer ?

Rendez-vous l’année prochaine, mêmes dates, même lieu ?

B. M. : Assurément.

Toute la programmation du Colors Music Estival est à retrouver sur le site officiel du Nouveau Casino.

Visuel : © Mac Shift

Infos pratiques

Festival Série Séries
Anis Gras le lieu de l’autre
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture