Musique

Livre : Riff Story, Du hard rock au heavy metal (Camion Blanc)

09 février 2011 | PAR Mikaël Faujour

Au rayon des parutions récentes de l’éditeur rock de référence Camion Blanc, un pavé de 600 pages consacré au hard rock et au metal. Co-écrit par trois journalistes du webzine Destination Rock, Riff Story offre un panorama sélectif bien avisé sur une histoire d’un genre déjà quadragénaire (le metal), foisonnante. Il ne s’agissait donc pas tant d’être exhaustif que d’offrir toutes les clés pour une exploration de ce courant. Mission accomplie.

Le metal est devenu, de décennie en décennie, par la prolifération des sous-genres et des groupes, une arborescence à peu près aussi vaste que le rock dont il est, en quelque sorte, issu d’une bouture. L’entrée dans le metal se fait souvent par hasard, par une porte dérobée. Et l’on est alors face à un territoire d’une vastitude que d’abord on ne soupçonne pas. Un territoire pour lequel une carte (consulter, à ce propos, l’excellente page Map of Metal) et une boussole ne sont pas de trop, a fortiori pour le néophyte.

Riff Story – Du hard rock au heavy metal, co-écrit par Robin Ferré, Igor Thiriez et Matthieu Yassef, de Destination Rock, offre justement quelques clés à celui qui découvre le metal, et quelques rappels aux plus connaisseurs. Après une introduction d’une cinquantaine de pages donnant les grandes articulations de l’histoire du hard rock et du metal, les trois auteurs entrent dans le vif du sujet avec une sélection de grands albums historiques, depuis Jimi Hendrix en 1967 jusqu’à nos compatriotes de Gojira en 2008 (unique groupe français dans cette sélection).

Il serait possible de dresser une liste à rallonge de groupes qu’on peut à bon droit considérer comme importants, dans des genres divers, ou discuter le choix de tel album plutôt que tel autre, mais c’est le propre de toute anthologie que de sélectionner et d’écarter. Et, en tout état de cause, il aurait fallu 3 volumes de cette épaisseur pour mentionner Sir Lord Baltimore, Candlemass, Bathory, Possessed, Napalm Death, My Dying Bride, Ministry, Monster Magnet, Machine Head, Deftones, Arcturus, Ulver, Emperor, Slipknot, Sunn O))) et tant d’autres groupes passionnants qui mériteraient de figurer dans une anthologie.

Le choix des trois journalistes a aussi consisté à remonter jusqu’aux racines les plus immédiates du heavy metal, c’est-à-dire le hard rock, le heavy blues et le rock psychédélique – qui d’ailleurs souvent se confondaient – de la fin des années 60. Donc Hendrix, Blue Cheer, The Who, Cream… Contrairement à Gary Sharpe-Young, dans son premier volet d’Anthologie du Metal (cf. notre chronique), qui choisissait d’écarter tout ce qui se rattachait au hard rock, donc à la descendance du blues, le trio inclut ici Deep Purple, Grand Funk Railroad, Led Zeppelin et même des groupes du rock progressif ayant flirté avec les sonorités lourdes (Rush, Queen, Jethro Tull).

Un livre très recommandable à tout amateur novice du metal, avide de découvrir les grandes lignes de la généalogie du genre.

 

Riff Story – Du hard rock au heavy metal, Camion Blanc, 2011, 36€

Hervé Guibert Photographe
Sorties ciné du 9 février
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture