Musique

Live report du 20 décembre: Noël avec Florent Marchet à la Cité de la Musique!

21 décembre 2012 | PAR Olivia Leboyer

L’année dernière, nous avions été emballés par le fabuleux Noël de Florent Marchet au Café de la Danse. Cet hiver, l’espace s’est agrandi, pour un réveillon grand format, tout aussi enchanteur, à la Cité de la Musique !

L’année dernière, au Café de la Danse, Noël était tombé le 15 décembre. Et, dans le calendrier parisien de cette année, il a eu lieu hier, le 20 décembre, un jour avant l’apocalypse. Mais, avec Florent Marchet, Noël tombe toujours bien ! D’avance, nous étions ravis de ce nouveau rendez-vous, en terrain connu (nous avons écouté tout au long de 2012 le CD Noël’s Songs !). Nous nous doutions également que Florent Marchet saurait slalomer pour éviter les redites : rien de plus indigeste qu’un sempiternel réveillon classique et attendu. En expert es festivités, Florent Marchet a su doser ses effets et distiller de très jolies surprises. Entre le petit et si réconfortant Café de la Danse et la vaste salle, ultra confortable et à la sono impeccable, de la Cité de la Musique, on a déjà changé de dimensions. Pour des invités plus nombreux, potentiellement plus exigeants, le spectacle devait être plus complet. Aussi Florent Marchet et le Santa Claus Orchestra ont-ils multiplié le nombre d’invités sur scène : à La Fiancée (toujours aussi fraîche et délicieuse) et Nicolas Martel (stature impressionnante, vraie présence et sensualité débridée) se sont ajoutés, pour notre plus grand plaisir Gaëtan Roussel, Keren Ann et Camille !
D’entrée de jeu, le ton était donné, ludique, spectaculaire et décalé : c’est en combinaisons de ski (d’esprit assez vintage !) que Florent Marchet et ses amis sont apparus, skis en main ! Le concert s’est ouvert avec la superbe chanson « Ah ! quand reviendra-t-il ce temps », que Florent Marchet interprète de sa voix claire, extraordinairement juste et légèrement mélancolique. Entre les chansons douces et un peu tristes, comme « Les Neiges de Finlande » (que l’on voit tomber sur les Noëls d’Aubervilliers), « Serge et Nathalie » (deux amants pauvres comme tout et pourtant, grâce à leur amour, « plus riches que le Tsar »), ou « Voici la Noël » de Barbara, interprétée par Nicolas Martel, magnifiquement ambivalent) et les moments nettement rocks et allumés (en particulier le très beau duo avec Gaëtan Roussel), le dosage était parfait.
La Fiancée, adorable dans sa combi rose bonbon, nous a émus avec « Dors, mon bel amour ». Quant à Camille, le temps d’une chanson (« Last Christmas I gave you my heart »), elle a rayonné de mille feux, voix pure, reconnaissable entre toutes et combinaison jaune, tout comme Florent Marchet !
Parfois, dans les concerts, les moments parlés, dits de dialogue avec le public, sonnent comme un exercice un peu fastidieux et rarement réussi : Florent Marchet n’a pas ce problème. Tout à la fois délicat, poli et direct, très à l’aise, il a su créer une vraie atmosphère de Noël, avec des apartés toujours spirituels, légers et percutants. Il y a chez Florent Marchet un naturel, une grâce, vraiment ébouriffants.
Depuis les veilleuses de Noël portées par le jeune chœur de Paris, jusqu’au sapin paré de guirlandes, à la neige et aux cadeaux distribués aux enfants de la salle, rien n’a manqué à ce réveillon détonant, à la fois tout doux et très rock !
Un grand merci à Florent Marchet, à ses musiciens, à tous ses invités, ainsi qu’à Madame Lune !

A noter : ce Noël aura également lieu le 23 décembre au Casino de Deauville
Quant au Noël parisien, vous pouvez le découvrir ou le revoir sur le site internet : www.citedelamusiquelive.tv (le concert restera disponible gratuitement pendant six mois : qui a dit que le Père Noël n’existait pas ?)

La Javanaise tome 1: La fille de Mata Hari de François Debois, Cyrus et Annabel
Les fantômes d’Enki Bilal envahissent le Louvre
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

One thought on “Live report du 20 décembre: Noël avec Florent Marchet à la Cité de la Musique!”

Commentaire(s)

  • Karine

    Est-il possible de trouver le CD ou la captation vidéo de ce live à la salle Pleyel quelque part ?

    décembre 28, 2015 at 23 h 31 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *