Musique

Live report : Busta Rhymes le 9/05/11 au Transbordeur de Lyon, avant le 18 mai au Bataclan

Live report : Busta Rhymes le 9/05/11 au Transbordeur de Lyon, avant le 18 mai au Bataclan

11 mai 2011 | PAR Aurore Berthe

Découvert grâce à un concours de Freestyle organisé par Chuck D de Public Enemy, Busta Rhymes forme dès 1990 les Leaders of the New School, un quatuor hip-hop de Long Island (New York). Les LONS collaborent avec De La Soul, A Tribe Called Quest ou les Jungle Brothers entre autres. Le public ne suit pas, pourtant la critique et le milieu hip-hop encensent le groupe et notamment Busta Rhymes. Son flow ultra rapide et inlassable est d’ores et déjà remarqué.

Il officie en solo depuis 1996, date à laquelle il sort son premier album sous son propre nom, The Coming, certifié disque de platine, notamment grâce à l’énorme tube « Woo Hah! Got You All In Check » nommé aux Grammy Awards. Il sort au fil de sa carrière les albums When Disaster Strikes ou encore Extinction Level Event (Final World Front) et Anarchy. Genesis, paru en 2001 est marqué par son hit « Break Ya Neck », et le tube « Shut Em Down 2002 » (produit par Pete Rock). Busta Rhymes est l’un des MC’s les plus sensationnels de sa génération.

En mai 2009, la carrière de Busta prend un nouveau tournant avec la sortie du très espéré Back On My B.S., pour lequel il signe chez la prestigieuse Motown. Il s’entoure une nouvelle fois de la crème du hip-hop et du R&B (Common, Mary J. Blige, John Legend, Akon, Lil Wayne …) et continue de s’imposer comme une figure incontournable de la scène mondiale.

________________________________________

Toujours au sommet, Busta Rhymes fête en 2011 ses vingt ans de carrière avec un neuvième album, E.L.E. 2, qui fait déjà vibrer toute la planète hip-hop. Avec deux dates françaises programmées, le rappeur East Coast sera en live le 18 mai au Bataclan à Paris (initialement programmé à l’Elysée Montmartre). L’Original Festival l’accueillait eux sur Lyon ce lundi 9 mai au Transbordeur.

Arrivée à 21h, et encore  peu de gens à l’entrée. La première partie du grand Busta Rhymes est gérée par Kenyon, dernier vainqueur du Buzz Booster, dispositif national de détection et de diffusion pour le hip-hop et les musiques urbaines. Entre rap, chant et ragga, ce jeune Breton de 20 ans trouve un public pourtant dédié à Busta. Accès assez onéreux (40-45€ la place), certains regretteront l’absence d’une 1ère partie plus représentative de la scène hip-hop lyonnaise qui percute d’avantage (Oster Lapwass, Lucio Bukowski…).

On attend Busta. 22h, l’excitation générale monte, c’est pour bientôt ! On entend des discussions sur le « show à la Busta », ses albums, son actu, sa dernière tournée… Chacun a sa propre vision d’un spectacle hip-hop à la ricaine, tous évoquent la dextérité de monsieur Busta et leur impatience. On apprend qu’une attente d’une demi-heure sera nécessaire pour déguster. Toujours rien, la foule migre petit à petit vers l’espace fumeur extérieur. Public pas tellement surpris à vrai dire. Les débats sont relancés à droite et à gauche, comment défendre un retard aussi important quand les places sont si chères ? Que va-t-on nous proposer en attendant ? Va-t-il venir ? Les rumeurs montent, on aurait égaré ses bagages à l’aéroport. Busta serait en train de faire les boutiques. Sifflements, des clameurs « Remboursez ! remboursez ! » s’élèvent : beaucoup trop d’attente. L’Original improvise une battle de danse grâce à la prestation des danseurs et danseuses de la compagnie Stylistik. Mais rien n’y fait, le temps est indéniablement long ce soir.

Le maître de cérémonie ne débarque accompagné de son double Spliff Star (du fameux crew Flipmode Squad) qu’une heure et demi plus tard. En 5 minutes, ils ambiancent le Transbo et tout le monde devient amnésique : l’attente ? quelle attente ? Effet « magie du spectacle ». Juste parfait : du punch à revendre, des drops de morceaux qui donnent envie de sauter partout, de la mégalomanie juste bien placée avec par moment de magnifiques mimes sur playback où le public doit prendre le relais avant qu’il ne reprenne et envoie une méchante sauce derrière. Beaucoup d’interactions.

Une heure de show, ça paraît bien court quand on le dit comme ça, mais quand c’est d’une telle intensité, on est tellement lessivé que la fin du spectacle est une bénédiction. Car l’ancien Leader of the New School qui a entre autres fait ses débuts aux côtés de Public Enemy, est une véritable bête de scène, il transpire l’envie de faire vibrer le public à travers ses chansons et sa personne, en ne manquant pas de rappeler sévèrement à l’ordre celui qui ne lève pas ses bras lorsqu’il le demande.

Ce fut assez étrange comme concert… Les premiers instants, voire heures, n’étaient pas très rassurants, et j’avoue avoir croisé les doigts pour que ce ne soit pas encore un de ces concerts hip-hop où les artistes complètement mégalo, friqués, et à l’ego surdimensionné, expédient un set insatisfaisant… Mais c’était mal connaître Busta Rhymes et sa présence scénique incroyable. Il excite et envoûte une foule sans cesse remuante, et enchaîne avec les classiques qui mettent le feu : « Woo Hah !! », « Break Ya Neck », « Gimme Some More ». Oui, Busta, gimme some more, pas l’alcool que tu sirotes entre deux morceaux et que tu distribues par jets et grosse lampées, mais continue de n’accorder aucun répit pour souffler, on adore ça ! Son au revoir à Lyon s’est fait tout en douceur avec un « One Love » featuring Bob Marley, on est sorti souriant et qui l’aurait cru au début…

Un live prenant, avis aux Parisiens, Busta Rhymes arrive chez vous le 18 mai !

 

Lyon Hip-Hop, les liens web

L’Original Festival : http://www.loriginal-festival.com

Cie Stylistik : http://www.myspace.com/cie_stylistik

Oster Lapwass : http://www.osterlapwass.fr/

Lucio Bukowski : http://www.myspace.com/luciobukowski

 

Infos pratiques

Prix Francine et Antoine Bernheim pour les Arts, les Lettres et les Sciences remis à Sonia Wieder-Atherton, Albert Memmi et Shmuel Trigano
Ramata, le premier et dernier film de Katoucha Niane
Aurore Berthe

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *