Musique
Les festivals vont-ils sauver l’industrie du disque ?

Les festivals vont-ils sauver l’industrie du disque ?

16 juin 2012 | PAR Francois Colombi

Le bilan des ventes de disques a peut être été positif l’année précédente, mais il semblerait que l’industrie de la musique ait trouvé un nouvel atout pour remplir les caisses et les poches de ses artistes : les festivals. Depuis une dizaine d’années, il en fleurit  de nouveaux un peu partout en France comme en Europe alors que les anciens connaissent un regain de popularité, devenant ainsi un filon lucratif.

 

Depuis les années 2000 les festivals de musique sont partout. En France  (Solidays, Main Square festival, Vielles Charrues, Eurockéennes, Big Festival, Festival Beauregard) comme en Europe (Boom Festival, Sziget, Rock in Roma), la saison estivale est propice à ces manifestations qui accueillent de plus en plus de musiciens renommés. En effet, Bruce Springsteen, Bob Dylan, New Order, Prince ou encore Metallica ont tous été à l‘affiche de grand festivals français ces dernières années.

 

Pour certains leurs créations remontent à plus de trente ans et la fréquentation quant à elle, est loin d’être sur la pente descendante.  En effet si les Eurockéennes de Belfort n’accueillaient que 10 000 visiteurs en 1989, elles doivent maintenant faire face à plus de 100 000 festivaliers. Les Vieilles Charrues en Bretagne accueillent elles plus de 220 000 personnes en trois jours et battent chaque année leur propre record de fréquentation. Le Main Square à Arras a vu le prix de son billet quadruplé en six ans, notamment du à une programmation toujours plus exigeante et un public toujours aussi présent.

 

Vous l’aurez compris les festivals ont le vent en poupe et ce n’est pas près de s’arrêter. Mais du côté des artistes on a bien compris que ceux ci sont une manne financière non négligeable. Quand on observe la tournée entamée par le groupe Justice ou par le chanteur Orelsan, on se demande si le festival n’est pas l’une des dernières solutions pour pouvoir vivre de sa musique. On constate donc que le rappeur sera à l’affiche de pas moins de 23 festivals entre juin et septembre et que le duo electro donnera 11 concerts en Europe uniquement dans le cadre d’un festival. Le groupe fait même le grand écart entre les deux frères ennemis du Main Square et des Eurockéennes (qui se déroulent le même week-end) en jouant le vendredi chez l’un et le samedi chez l’autre. D’autres artistes comme Metronomy ou Charlie Winston sont quant à eux à l’affiche de tous les festivals majeurs de France.

Le festival s’est donc imposé et démocratisé en France bien que les prix aient totalement explosé.  Si il était surtout à ses débuts un tremplin pour les jeunes artistes il est maintenant un passage obligé pour ceux qui souhaitent continuer à faire carrière dans cette industrie incertaine.

 

Reggae Sun Ska Festival du 3 au 5 août à Pauillac
Le financement des festivals : “une question sensible”
Francois Colombi

One thought on “Les festivals vont-ils sauver l’industrie du disque ?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *