Musique

Le festival Rues du Monde à la Grande halle de la Villette

Le festival Rues du Monde à la Grande halle de la Villette

21 avril 2011 | PAR Lea Iribarnegaray

Pendant quatre week-ends consécutifs, du 28 avril au 22 mai, le festival Rues du Monde investira la Grande halle de la Villette. Pour vibrer au rythme des musiques tsigane, flamenco, créole et hip hop, petits et grands se retrouveront autour d’événements haut en couleur.

Le festival Rues du Monde c’est une ribambelle de concerts, spectacles et autres bals. C’est aussi un rassemblement d’animations, d’associations et d’artisans où le voyage est à la fête. Quatre grandes thématiques sont proposées au public…

Du 28 au 30 avril, « Rue Tsigane » met à l’honneur les plus grands noms de la tradition manouche. Biréli Lagrene, monstre de la guitare manouche, présente son nouveau quartet le jeudi 28 avril. Didier Lockwood, en deuxième partie de soirée, sera accompagné par son quintet « The Jazz Angels ». À la croisée des chemins des Balkans, le gipsy brassband de Kocani Orkestar (Macédoine) ouvrira la soirée du vendredi 29 avril, suivi par le Taraf de Haidouks (Roumanie), orchestre de « brigands » roms. Le samedi 30 avril, un spectacle en hommage à Django Reinhardt qui aurait eu 100 ans en 2010. Tous les guitaristes professionnels ou amateurs sont invités à venir rejoindre les musiciens de « Django 100 » pour interpréter avec eux le final.

Du 5 au 8 mai, la « Rue Flamenco » s’installera dans la Grande halle. Le style avant-gardiste de Dorantes inaugurera la « calle flamenca », accompagné par la danseuse Rosario Toledo. Mercedes Ruiz, danseuse prodige qui a trouvé sa place au sommet du flamenco féminin, révèlera sa dernière création « Mi Ultimo Secreto ». Le vendredi 6 mai, une immersion vagabonde dans le duende flamenco, avec le guitariste gitan Juan Carmona, ponctuée par les apparitions fulgurantes d’un bailador. La soirée se conclura avec le danseur et chorégraphe sévillan Antonio Canales. Un bal sévillan se mettra en place le samedi 7 mai avec la compagnie Silvia Marin. Le dimanche 8 mai s’organisera autour d’événements gratuits tels que des ateliers, des démonstrations, des spectacles ou encore des stands d’associations.

La « Rue Créole » proposera des rythmiques festives du 12 au 15 mai. Pour la première soirée, Akiyo régénèrera la culture de la rue guadeloupéenne. Kali, troubadour rastafari au banjo inclassable, représentera la Martinique le vendredi 13 mai. Le samedi 14 mai, deux danseurs vous montreront les pas pour le Bal du Chouval Bwa, entre meringué, biguine-vidé, valse ou mazurka… Un conte créole sera offert aux enfants le dimanche 15 mai.

Pour clore les festivités, la « Rue Hip Hop » inventera des accents slam et rap du 19 au 22 mai. Mélange de soul, hip hop et musique électronique, Black Milk inaugurera le weekend end, suivi par Beat Assailant, considéré comme le plus français des rappeurs américains. Le vendredi 20 mai, la scène hip hop de Détroit ainsi que Rakim, rappeur newyorkais, seront à l’honneur. Le samedi 21, c’est Abd Al Malik qui proposera un concert avec de nombreux invités. Enfin, le dimanche 22 mai, le Lab’ Hip-Hop du Centre musical Fleury Goutte d’Or aura carte blanche.

Entre plateau d’artistes prestigieux en soirée et place de village animée en journée, la Grande Halle de la Villette risque de se transformer en véritable caméléon.

Concert : The Young Gods au Café de la Danse
Une rose, un livre: la fête des librairies indépendantes
Lea Iribarnegaray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *