Musique
Le Carnaval (gastronomique) des animaux de Camille Saint-Saëns à l’ Opéra Bastille

Le Carnaval (gastronomique) des animaux de Camille Saint-Saëns à l’ Opéra Bastille

29 mars 2022 | PAR La Rédaction

Après la brillante réinterprétation jazz du carnaval des animaux par l’Amazing Keystone Brassband, sur une histoire de Taï-Marc le Thanh en 2015, Jean-François Verdier (musique) et Bernard Friot (texte) proposaient à l’Opéra de Paris une nouvelle version du Carnaval des Animaux. Pour un jeune public à partir de 6 ans.

Dans cette version mise en scène par Pascal Neyron, le lion, devenu tyran boulimique, est invité à un concours gastronomique par une souris (jouée par Sol Espèche). Les plats servis sont à base de musiciens (doigts de pianistes et pieds de violoncellistes..). Le lion, joué par Richard Delestre ce 26 mars, est loufoque, souvent même burlesque, est entouré d’une souris facétieuse et d’un jury composé d’une chèvre, d’un canard, d’un escargot (partiellement composé de deux jambes d’hommes) et d’un cygne. Les plats permettent d’introduire les différents chapitres du carnaval des animaux, l’instrument emblématique servant de base au plat (pour l’éléphant, des « croquettes de contrebassistes sauce curcuma »). Les musiciens, déguisés en commis de cuisine, semblent craindre d’être dévorés par le lion (au point de se mettre en grève à la fin du concert).

Admirable Saint-Saëns en petit effectif

La partition de Saint-Saëns est admirablement bien rendue par les musiciens (en petit effectif) en résidence à l’Académie et membres de l’Orchestre-Atelier Ostinato. Les spectateurs se souviendront du magnifique cygne joué par Yanis Boudris au violoncelle. Fidèle à la musique de Saint-Saëns, Jean-François Verdier ajoute des intermèdes musicaux de sa composition entre les mouvements. Accompagnant les « délibérations » du jury, ils sont souvent expérimentaux (timbales frottées avec une brosse, clarinette qui joue dans un piano ouvert, chocs d’éprouvettes en verre) et s’appuient sur un usage original et novateur des percussions. Les sonneries du téléphone portable du lion jouées par différentes percussions (choc d’instruments en verre et vibraphone) font un rendu excellent, qui enchante le jeune public.

Un Carnaval très (trop?)  graphique

On regrettera, en définitive, les aspects très graphiques de la mise en scène – les morceaux de corps humains dévorés par le lion – qui font certes l’amusement des enfants mais semblent superflus pour porter une aussi belle partition, dont la mise en conte reste finalement toujours un exercice délicat. Il faut aussi relever l’effort de l’Opéra de Paris en faveur du handicap. Les personnages sont doublés en langue des signes par un « gorille » aussi sympathique que loufoque et une séance relax était proposée pour accueillir un public au handicap mental.

Le carnaval (gastronomique) des animaux, de Camille Saint-Saëns, Direction musicale : Jean-François Verdier · Mise en scène : Pascal Neyron · Scénographie : Thibaut Fack · Lumières : Thibaut Fack · Costumes : Sabine Schlemmer. Comédiens : Sol Espèche, Adrien Gamba-Gontard et Rodolphe Harris, Musiciens : L’Orchestre-Atelier Ostinato, Les musiciens en résidence à l’Académie. Du 22 au 28 mars 2022.

visuel (c) AC

Rembrandt à Grenoble au couvent Sainte-Cécile
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 29 mars
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture