Musique

L’Absurde, EP empli de soleil du groupe Namasté

L’Absurde, EP empli de soleil du groupe Namasté

20 mai 2011 | PAR Moriane Morellec

Dès les premières notes de l’EP de Namasté, L’Absurde, seuls le son, le soleil et la soul du groupe émanent des sept titres. En rien absurde, tout au plus décalé, Namasté livre un premier EP de qualité, empli de sincère musicalité.

Namasté, c’est avant tout une salutation largement utilisée en Inde et au Népal, un bonjour de bienvenue. Selon la tradition, les mains en position au-dessus de la tête saluent Dieu; les mains devant le visage saluent le guide spirituel et les mains devant la poitrine saluent les semblables. Pour Namasté, le nom sonne comme une invitation ouverte à leur univers. La spiritualité dans leur musique est un respect pour la nature, pour les mélodies et pour la musique.

« Libérez l’absurdité de ma réalité » chante le groupe Namasté dès le refrain de la première chanson de l’EP du même nom, L’Absurde. Aucun jugement dans les paroles, juste une mélodie entraînante, un refrain très accrocheur et une rythmique intéressante dans la fusion des paroles et des mélodies. Namasté c’est Raphaël Cornet (voix et guitare), Kenzo Zurzolo (piano), Benoît Dordolo (basse), Reda Samba (batterie) et Octavio Angarita (violoncelle), chacun un pilier indispensable au projet, le groove ancré sous la peau. Du groove oui, et toujours avec cette soul ‘french touch’ et une fraîcheur inattendue.

De loin, Anis semble être une inspiration de Namasté, à l’époque de l’album Gadjo Décalé et son fameux « Faut Rêver ». Mais la fraîcheur du groupe efface rapidement les références. Les premières notes de l’EP annoncent un son très groovy, une voix juste avec un grain intéressant et une tonalité qui change selon la langue parlée – Namasté s’amuse entre l’anglais et le français, tantôt un refrain, tantôt un couplet. Les certaines influences funk et pop sont comme une sorte d’hymne à la nature, une critique de la société de consommation comme dans le très punchy « Imaginarium »: « La vie est un fleuve agité, c’est pourquoi je daigne m’y baigner […] laisse-moi parler ou je vais finir noyé […] j’menvole, j’décolle, j’quitte le sol, le flot de ma vie coule et s’efface, m’enivre et me rend saoul… ». Les paroles voguent au fil des rythmes crées, complétant habilement chaque mélodie.

L’attachement aux paroles se ressent chez Namasté, où poésie rime avec mélodie. « Patience », chantée en anglais commence doucement, claviers et voix harmonisées. Un côté très doux se dégage de la musique, une impression presque infime d’entendre la nature en fond sonore. Chanson à la mélodie envoûtante, « Sorcière de l’Amour » est un hymne à la langue française où la femme est « grande, brune, douce, craquante, fine fleur ». Un respect pour tout.

La musique est ensoleillée, la spontanéité contagieuse, et la naturel qui se dégage des titres prouve cette volonté de créer un son ‘Namasté’ et non un son pour plaire. La poésie des mélodies et le naturel du groupe en font un projet à suivre de près.

L’EP sort le 23 mai sous le label Moonkeys Music et Namasté sera le 25 mai au Divan du Monde.

Visuels: (c) wearenamaste.com, zebule.fr

Avec La Mangouste, Gagnez 4 albums du groupe Zomar
Un cabaret du quotidien en or au Théâtre des Cinq Diamants
Moriane Morellec

One thought on “L’Absurde, EP empli de soleil du groupe Namasté”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *