Musique

La playlist des nos victoires

La playlist des nos victoires

10 février 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine  Snarky Puppy, Nach, Plaisir de France, Orelsan & Damso et KaS Product.

Allo allo — Nach

A.K.A Anna Chedid, la crooneuse en détresse revient façon SOS musical. Aquatique, nostalgique et repris par un chœur qui dédouble les émotions, «Allo» annonce sur le mode de la ballade de l’amoureuse quittée un album intitulé l’Aventure et qu’on attend pour le printemps.

Trois questions pas plus — Plaisir de France (feat. Arnold Turboust)

C’est un peu les gilets jaunes de la pop française. Sous forme d’interrogatoire venu d’une hypothétique presse branchée qui questionnerait à charge quelques dinosaures du vieux monde, Turboust, compagnon de single d’Étienne Daho éclabousse d’étoiles la recette du One Two Three du Top 50 des années 80. Tensions et paroles jubilatoires. Un coup de maître.

Xavi — Snarky Puppy

Le plus beau titre de la semaine, parce que le plus ambitieux. Collectif officiellement basé au Texas mais dont les pupitres sont successivement occupés par des musiciens venus du monde entier, la bande de Michael League continue d’irriguer son jazz pluriel et polyphonique cherchant ici à intégrer toutes les influences collectées au fil des années. Une synthèse généreuse qui louche vers le meilleur du rock prog. des années 70.

Rêves bizarres — Orelsan ft. Damso

Nominé aux Victoires de la musique et finalement recalé au profit d’Angèle ce clip qui réunit deux gros calibres du rap en français dans le texte ne fait pas dans la dentelle, entre les pleurnicheries de petits blancs et la mise en abîme furieusement «Black lives matter» d’un Damso, on se trouve embarqué dans un cocktail qui mélange mélancolie et testostérone sur un rythme d’images mentales trépidantes et hyper-réalistes. Une performance bien dans son époque.

Never come back — KaS Product

Le duo electro-punk formé par Mona Soyoc et Spaltsz constitue sans doute l’une des plus belles déflagrations de la scène française des années 80. Confidentiel et culte comme de bien entendu, le groupe a fait quelques retours tout au long des années 2000, plutôt sur un mode Musée Grevin même si l’énergie originale restait intacte comme en témoigne ce titre formidable en forme d’hommage à Spaltsz, clavier du Kas, brutalement décédé la semaine dernière, le 1er février. RIP.

visuel : Nach, couv de « Allo »

Matthieu Longatte dresse l’État des Gueux
La Biennale du design de Saint-Etienne fête la Saint-Valentin à Paris
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *