Actu
La chanteuse israélienne Rika Zaraï s’est éteinte

La chanteuse israélienne Rika Zaraï s’est éteinte

23 décembre 2020 | PAR Mahaut Adam

La chanteuse israélienne Rika Zaraï, très populaire en France des années 1960 à 80, s’est éteinte ce  mercredi, à l’âge de 82 ans.

Une star de la chanson française

Née à Jérusalem, d’un père russe et d’une mère polonaise, Rika Gozman de son vrai nom, mène une jeunesse studieuse où elle étudie le piano et reçoit, à 17 ans, le premier prix de piano au conservatoire de Jérusalem. Sa carrière artistique débute dès ses 19 ans. Elle commence par donner des spectacles dans des cafés-théâtres où elle chante en hébreu, puis, elle rencontre Eddie Barclay, qui enregistre ses premiers tubes.

Elle signe alors chez Philips et démarre sa vie de star de la chanson française, allant jusqu’à faire la première partie de Jacques Brel à l’Olympia. Entre les années 1960 et 1970, les succès s’enchaînent: Casatschok,  Alors je chante, Sans chemise, sans pantalon, Balapapa, Moi le dimanche, Tante Agathe, ou encore Le Temps et Et pourtant, qu’elle écrit avec Charles Aznavour. Finalement, elle aura vendu plus de 29 millions de disques et reçu cinq disques d’or.

Entre la chanson et l’écriture

En 1969, elle est victime d’un grave accident de voiture qui la cloue au lit pendant trois ans. Puis, elle reprend la scène et décide de se lancer dans… des ouvrages sur la médecine naturelle ! Ses livres sur les bienfaits des produits naturels, comme Ma médecine naturelle, se vendent à plusieurs millions d’exemplaires. Elle devient alors le bouc émissaire des journaux et des caricaturistes, qui se moquent de sa reconversion.
 
Elle ne sortira ensuite qu’un album en 2000, avant de publier ses mémoires, L’espérance a toujours raison, en 2006 ainsi qu’un double album, Anthologie 1960-1982, qui revient sur toute sa carrière. 
 

Visuel : © https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=97980798

« La mort n’est que le début… de l’enquête du médecin légiste », ou quand la réalité ne fait qu’une bouchée de la fiction
Le Conseil d’Etat ne permet pas aux lieux culturels de rouvrir avant le 7 janvier
Mahaut Adam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture