Musique

Jérémy Bringuier : « C’est la richesse de la programmation de Montauban en Scènes qui a forgé son succès au fil des ans »

Jérémy Bringuier : « C’est la richesse de la programmation de Montauban en Scènes qui a forgé son succès au fil des ans »

05 juin 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Jérémy Bringuier est le directeur du festival Montauban en Scènes qui se déroule du 27 juin au 13 juillet. Il nous parle de la programmation de cette édition.

Ce n’est pas la première édition de Montauban en Scènes, comment arrivez-vous à durer ?

L’équipe municipale s’investit et grandit chaque année dans l’organisation du festival, afin de répondre toujours mieux aux attentes des festivaliers. C’est pourquoi en 2019, c’est une nouvelle formule qui est proposée. Avec un festival IN du 27 au 30 juin, dont la programmation s’articule autour de 4 ambiances musicales, regroupant chacune 3 artistes : Musiques électroniques, Musiques actuelles/Chanson française, Hip-hop/R’n’B, Blues/Jazz/Soul.

Une programmation riche de 12 artistes de renom, suivie par un festival OFF proposant plus de 40 rendez-vous gratuits aux festivaliers : concerts, casting « La France a un Incroyable Talent », Afterworks, programmation pour les enfants, etc.

En effet, tous les ingrédients y sont réunis pour un événement pérenne : une programmation de qualité, belles têtes d’affiches, artistes montants et un esprit « festival » très marqué.

 L’éclectisme de la programmation surprend, quelle est le fil rouge ?

La raison de vivre de Montauban en Scènes est résolument, depuis sa création, de proposer une offre culturelle estivale éclectique, populaire et accessible à tous. Au-delà de grandes têtes d’affiche, c’est la richesse de la programmation de Montauban en Scènes qui a forgé son succès au fil des ans. En effet, elle répond aux attentes de tous les membres de la famille. Il y en a pour tous les goûts !

Quelle est la grande attente de cette édition ?

La programmation IN reste l’un des éléments phares du festival. Cette année, elle a été repensée autour de 4 soirées, proposant des plateaux de 3 artistes :

Jeudi 27 juin, soirée Musique actuelle et chanson française avec Broken Back, Bénabar et Dadju

Vendredi 28 juin, soirée Hip-hop et RnB avec Caruso, Aya Nakamura et Maître Gims

Samedi 29 juin, soirée House Électro avec Polo & Pan, Bon Entendeur et Ofenbach

Dimanche 30 juin, soirée Blues Jazz Soul avec Charlie Winston, Bernard Lavilliers, Ibrahim Maalouf & Haidouti Orkestar

Aussi, pour la 5ème édition du festival, nous retiendrons la venue du casting de l’émission « La France a un Incroyable Talent », ainsi que la programmation enfant totalement gratuite.

Quels sont les lieux iconiques de cette manifestation ?

Montauban en Scènes fait vivre la Ville de Montauban au gré de ses 15 jours de rendez-vous, du jardin des Plantes, à la place Nationale, en passant par la cour de l’ancien Collège.

Mais la scène la plus emblématique du festival reste le jardin des Plantes : véritable écrin de verdure qui accueille historiquement l’ensemble de la programmation IN du festival, ainsi qu’une partie de la programmation OFF.

Cette année, y est implanté le nouveau Village festival, où il sera possible de se restaurer et de se détendre, tout en profitant d’une rediffusion des concerts du IN sur écran géant, ou de multiples animations gratuites pendant le OFF.

Est-ce que les Montalbanais peuvent accéder aux répétitions avant le festival ? Je veux dire, est ce que Montauban en scènes cherche à être proche de son territoire ?

Les Montalbanais ne pourront pas accéder aux répétitions, néanmoins ils sont impliqués par bien d’autres biais depuis la création du festival.

Chaque année, se sont en effet plus d’une cinquantaine de bénévoles qui contribuent avec beaucoup d’entrain à la réussite de l’évènement ! Nous assistons chaque année à une véritable émulation collective autour du festival.

Aussi, encore davantage cette année, Montauban en Scènes met l’accent sur ses talents locaux, notamment dans le cadre de sa programmation OFF.

Informations et réservations.

Visuel : Affiche

Le Bistrot Belhara, un « spot » secret dans le 7ème
« La dame céleste et le diable délicat », une histoire d’amour d’un autre temps…
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *